TANNHÄUSER - TEASER

Modèles : Andréa Lebris (Site) | Nano Silva (Site)

Images : Julien Patalano (Iphone 6 et GoPro4) | Montage : Arthur Hubert Legrand | Musique : Richard Wagner

... "Les hachures de phrases voluptueuses et gémissantes qui se superposent au choeur des Pèlerins, vers la fin de l'ouverture de Tannhäuser" (Marcel Proust, A la recherche du temps perdu)

... "La merveilleuse ouverture de Tannhäuser (...) La vraie, la terrible, l’universelle Vénus se dresse déjà dans toutes les imaginations. (...)

Langueurs, délices mêlées de fièvre et coupées d’angoisses, retours incessants vers une volupté qui promet d’éteindre, mais n’éteint jamais la soif ; palpitations furieuses du cœur et des sens, ordres impérieux de la chair, tout le dictionnaire des onomatopées de l’amour se fait entendre ici. (...) Où donc le maître a-t-il puisé ce chant furieux de la chair, cette connaissance absolue de la partie diabolique de l’homme ? Dès les premières mesures, les nerfs vibrent à l’unisson de la mélodie ; toute chair qui se souvient se met à trembler. (...) C’est l’amour effréné, immense, chaotique, élevé jusqu’à la hauteur d’une contre-religion.

(...) Dans la représentation plastique de l’idée, le compositeur s’est dégagé heureusement de la fastidieuse foule des victimes, des Elvires innombrables. L’idée pure, incarnée dans l’unique Vénus, parle bien plus haut et avec bien plus d’éloquence. Nous ne voyons pas ici un libertin ordinaire, voltigeant de belle en belle, mais l’homme général, universel, vivant morganatiquement avec l’Idéal absolu de la volupté, avec la Reine de toutes les diablesses, de toutes les faunesses et de toutes les satyresses, reléguées sous terre depuis la mort du grand Pan, c’est-à-dire avec l’indestructible et irrésistible Vénus". (Charles Baudelaire, TANNHÄUSER À PARIS)

TANNHAUSER - TEASER (Nano Silva | Patalano / Legrand / Wagner)
TANNHAUSER - TEASER (Andréa Lebris | Patalano / Legrand / Wagner)