"Et d'ailleurs on ne peut pas échapper à quoi que ce soit. Vous savez à quoi je pense ? Que nous nous prenons à notre propre piège, et une fois que nous sommes pris, nous ne pouvons pas nous en dégager. Nous nous débattons, nous nous agitons, mais ce n'est qu'une apparence. En réalité nous faisons semblant de vouloir nous en échapper.

- Il y  a parfois des gens qui font exprès de s'y laisser prendre.

- J'ai toujours vécu pris au piège, et je m'en accommode très bien.

- En êtes-vous sûr ? Croyez-vous vraiment ne plus en souffrir ?

- Oh si je souffre, mais je prétends que non."

PSYCHO / ALFRED HITCHCOCK 1960

Roland Barthes : "En quoi les sistemati qui m’entourent peuvent-ils me faire envie ? De quoi, en les voyant, suis-je exclu ? Ce ne peut être d’un « rêve », d’une « idylle », d’une « union » : il y a trop de plaintes des « casés » au sujet de leur système, et le rêve d’union forme une autre figure. Non, ce que je fantasme dans le système est très modeste (fantasme d’autant plus paradoxal qu’il n’a pas d’éclat) : je veux, je désire, tout simplement, une structure (ce mot, naguère, faisait grincer des dents : on y voyait le comble de l’abstraction). Certes, il n’y a pas un bonheur de la structure ; mais toute structure est habitable, c’est même là, peut-être, sa meilleure définition. Je puis très bien habiter ce qui ne me rend pas heureux ; je puis à la fois me plaindre et durer ; je puis refuser le sens de la structure que je subis et traverser sans déplaisir certains de ses morceaux quotidiens (habitudes, menus plaisirs, petites sécurités, choses supportables, tensions passagères) ; et cette tenue du système (qui le fait proprement habitable), je puis même en avoir le goût pervers : Daniel le Stylite vivait très bien sur sa colonne : il en avait fait (chose pourtant difficile) une structure". (Fragments d'un discours amoureux / Casés)

Marcel Proust : "– Je te jure, lui disait-il, quelques instants avant qu'elle partît pour le théâtre, qu'en te demandant de ne pas sortir, tous mes souhaits, si j'étais égoïste, seraient pour que tu me refuses, car j'ai mille choses à faire ce soir et je me trouverai moi-même pris au piège et bien ennuyé si contre toute attente tu me réponds que tu n'iras pas. Mais mes occupations, mes plaisirs, ne sont pas tout, je dois penser à toi. Il peut venir un jour où me voyant à jamais détaché de toi tu auras le droit de me reprocher de ne pas t'avoir avertie dans les minutes décisives où je sentais que j'allais porter sur toi un de ces jugements sévères auxquels l'amour ne résiste pas longtemps".