Jean-Luc Godard : "Paul regarde Francesca sans intention précise, comme on regarde un paysage. Camille aperçoit ce regard et Paul s'en aperçoit. Il s'imagine que Camille s'imagine quelque chose, et tente de la persuader qu'il n'y a rien, ce qui est vrai, et que Camille sait, puisqu'elle les regardait elle aussi sans intention précise, qu'elle CONTEMPLAIT sans arrière-pensée. Mais Paul insiste tellement qu'il finit par exaspérer Camille qui va finir par croire quelque chose, même faux puisque Paul en parle tellement."

(Scénario du Mépris. Cité par Jean Collet, Jean-Luc Godard, Cinéma d'aujourd'hui, page 57)
 

LE MEPRIS - JEAN-LUC GODARD