Quand le premier échec amoureux conditionne le second. Les deux histoires d'amour de Monica Vitti dans L'Eclipse, de Michelangelo Antonioni

(Dans la première histoire d'amour, Vittoria - Riccardo), "dans le cas de Riccardo, il semblerait qu'il y ait un rapport de type "res cogitans", un rapport de type "intellectuel", c'est à dire une situation dans laquelle on peut parler toute une nuit sans pour autant communiquer avec l'autre. Il ne faut pas oublier, en effet, que l'incommunicabilité ne signifie pas "absence" de dialogue ; discourir pendant une nuit entière peut être vain, s'il n'existe pas le mouvement intentionnel vers la compréhension. Et Vittoria s'oppose à la vaine tentative de Riccardo de récupérer son amour, quand il s'aperçoit qu'il a perdu : pour ne pas perdre Vittoria, Riccardo lui rappelle les choses qu'ils n'ont jamais faites ensemble ("Nous ne sommes jamais sortis aussi tôt le matin"), il essaie de lui montrer combien de choses manquent à leur rapport de couple pour prouver que ce rapport ne peut s'épuiser. Mais Vittoria ne se laisse pas convaincre. Riccardo prend la main de Vittoria, mais elle le repousse, car elle sait que désormais leur liaison est viciée par la direction particulière qu'elle a prise, elle sait qu'il n'est pas vraiment possible de recommencer depuis le début. (...)"

(Dans la seconde histoire d'amour, Vittoria - Piero), "dans le second cas, le point de départ pour Vittoria est son expérience précédente : même lorsqu'elle ne s'en souvient pas, elle agit toujours sur la base de cette expérience, qui fait désormais partie de son histoire personnelle. C'est pour cette raison qu'au début de sa liaison avec Piero, Vittoria cherche quelque chose de différent, arrivant ainsi à affirmer l'impossibilité, et même l'inopportunité, de se comprendre quand on s'aime. (...) Le rapport (dans la première histoire d'amour) ayant échoué sur le plan de la compréhension, Vittoria instaure un autre rapport dans lequel la compréhension n'a aucune valeur. (...) C'est une nouvelle situation, dans laquelle ils sont "concrètement" ensemble, un rapport de "res extensa", si l'on peut dire. Mais quel est le résultat ? Ils sont ensemble comme pourraient l'être deux animaux et donc encore une fois ils ne constituent pas un couple (...)."

Ida BonaDébat sur L'Eclisse, Université de Milan, 13 avril 1962
in L'oeuvre de Michelangelo Antonioni, par Carlo di Carlo, premier volume, extraits des pages 162-163 

Monica Vitti : Vittoria
Francisco Rabal : Riccardo
Alain Delon : Piero

Francisco Rabal : Riccardo - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Francisco Rabal : Riccardo - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria Francisco Rabal : Riccardo - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria Francisco Rabal : Riccardo - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria Francisco Rabal : Riccardo - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI
Monica Vitti : Vittoria - Alain Delon : Piero - L'ECLISSE (L'ECLIPSE) MICHELANGELO ANTONIONI