Deleuze : Nudité du visage plus grande que celle des corps | Ariane Labed : je me sens aussi nue quand la caméra est juste sur mon visage, que quand je suis à poil

"Nudité du visage plus grande que celle des corps" (Gilles Deleuze, Cinéma I, Les Editions de Minuit, page 141)

-- Ariane Labed, RTL soir, 2 septembre 2016 : "J'ai pas peur de m'exposer comme ça (nue). Moi je me sens aussi nue quand la caméra est juste sur mon visage, que quand je suis à poil... (...) (La nudité) c'est une chose que je peux offrir, parce que premièrement j'adore ça dans le cinéma, moi, les corps nus, je trouve que les acteurs sont au plus près d'eux-mêmes quand ils sont nus, et puis c'est de la fausse pudeur je pense, la pudeur elle est ailleurs..."

-> Ariane Labed, 2013 : "finalement l’exposition avec ou sans habits devant une caméra c’est un peu du même ordre. Finalement c’était aussi difficile ou aussi intéressant pour moi d’être filmée, de toute façon mon visage… Quelque part on se sent tellement à poil devant une caméra qu’avec ou sans fringues ça change pas grand chose. C’est étrange… Après, non, oui, non ce n’est pas facile mais ça fait partie de l’ordre de l’engagement du corps entier que je peux offrir dans un film. Je trouve ça beau de faire ça, d’offrir ça, si ça vaut le coup"

MALGRE LA NUIT - Ariane LABED - Philippe Grandrieux

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL