Robert Bresson :

"Plastiquement, il faut sculpter l'idée dans un visage par la lumière et l'ombre."

(...Robert Bresson, l'intouchable du cinéma français - Bresson parle,
Cinéma 63 n°73, février 1963,

Fragment 1347 page 466 de "Passage du cinéma 4992")

Photo :

Dominique Sanda
Une femme douce,
Robert Bresson, 1969

 

Dominique Sanda, Une femme douce, de Robert Bresson, d'après Dostoïevski