Johnny Hallyday, acteur :

"Moi j'ai un exemple, quelqu'un que j'adore. En général, il ne parle pas beaucoup. Tout est dans son visage, sa façon de bouger. ça lui suffit pour exprimer ce qu'il a dedans. Aujourd'hui, l'acteur que je préfère, c'est Clint Eastwood. D'abord, c'est un grand metteur en scène. Ensuite, c'est un acteur qui n'en fait pas et pourtant, tout passe. Il n'y a pas besoin de faire des milliards de gestes pour exprimer ce qu'on a à faire, il suffit d'avoir ce qu'il faut dans le visage pour tout comprendre. Ou dans la main, à un certain moment. Inutile d'en faire trop."

"En voyant L'homme du train, j'ai oublié que c'était moi qui jouais et je suis rentré dans l'histoire de ces deux personnages. J'ai pu regarder Johnny Hallyday. J'avais oublié que c'était moi d'ailleurs. J'ai regardé un film avec une histoire, avec un Milan (Johnny Hallyday) et un Manesquier (Jean Rochefort). Dans le film, il n'y a aucune allusion, dans l'histoire, à la musique. Le type que je joue, on ne sait même pas s'il a écouté de la musique." 

"Je ne m'habillerais pas dans la vie comme je m'habille dans certains films."

 "Il n'y a pas longtemps, je revoyais le film merveilleux de Claude Sautet avec Yves Montand et Romy Schneider, César et Rosalie. J'adore la scène de la plage quand Montand vient alors qu'elle est avec Samy Frey, qu'il s'impose en disant "je passais par là" - comme si on passait par là en Bretagne ! -, qu'il s'assoit sur le sable pour manger... c'est extraordinaire. J'ai beaucoup d'admiration pour Yves Montand, c'est un de mes acteurs préférés. (...) Quand on me dit toujours que c'est difficile pour un chanteur d'être acteur, il ne faut tout de même pas oublier que la plupart des acteurs, des grands, sont venus du music-hall. Il y a Gabin, Bourvil, Fernandel, Serge Reggiani... (...) Je voulais être plutôt acteur que chanteur, au début. Et puis la vie a fait que j'ai commencé par la chanson. (...) (Le) cinéma, c'est une des rares choses qui me fait rêver. Dès que le film démarre, on se met dans le film, on s'évade dans l'histoire, dans les personnages ou dans son ambiance. Il n'y a rien de mieux." 

(Johnny Hallyday, Mon premier vrai rôle, entretien avec Charles Tesson, Cahiers du Cinéma n°572, octobre 2002, extraits)

CLINT EASTWOOD - JOHNNY HALLYDAY