GODARD : Lorsque vous ouvrez ou que vous fermez certaines scènes sur des formes, des objets ou des détails plus ou moins abstraits, le faites-vous pour des raisons picturales ?

ANTONIONI : Je sens devoir exprimer la réalité en des termes qui ne soient pas totalement réalistes. Prenez par exemple la petite ligne blanche abstraite qui entre dans le plan au début de la scène dans la petite rue grise (via Alighieri, où Giuliana (Monica Vitti) prévoit d'ouvrir son magasin). Cette ligne blanche m'intéresse beaucoup plus que la voiture qui arrive. C'est une façon d'aborder le personnage à travers des objets matériels plutôt que par le biais de sa vie. Fondamentalement, sa vie ne représente qu'un intérêt relatif.

Entretien de Jean-Luc Godard avec Michelangelo Antonioni, 1964, à la sortie de Le Désert rouge (Il deserto rosso)
cité in La grande tétralogie. Forme cinématique, de Seymour Chatman,
Carlo di Carlo : Michelangelo Antonioni, tome 1 page 335

Photos :

Le Désert rouge (Il deserto rosso), Michelangelo Antonioni, 1964
Monica Vitti : Giuliana
Richard Harris : Corrado Zeller

 

LE DESERT ROUGE - Monica Vitti - Richard Harris | Antonioni à Godard : Je sens devoir exprimer la réalité en des termes qui ne soient pas totalement réalistes. Prenez par exemple la petite ligne blanche abstraite qui...
Antonioni à Godard : Je sens devoir exprimer la réalité en des termes qui ne soient pas totalement réalistes. Prenez par exemple la petite ligne blanche abstraite qui...
Antonioni à Godard : Je sens devoir exprimer la réalité en des termes qui ne soient pas totalement réalistes. Prenez par exemple la petite ligne blanche abstraite qui...