Leos Carax, de Juliette à Rooney Mara : Mon plus gros travail avec l'acteur, c'est de le choisir. Une actrice, c'est une question, ce n'est pas une réponse. Et ce n'est pas en la déshabillant qu'elle deviendra une réponse à quelque chose. C'est un sphynx

~~

Mise à jour mars 2017
Retenue par un autre tournage aux dates incompatibles, Rooney MARA doit finalement renoncer au tournage d'Annette de Leos Carax.

~~

"Mon plus gros travail avec l'acteur, c'est de le choisir. (...)

Juliette, je l'ai vraiment choisie. Je l'avais croisée il y a quelques années sur une place, à Grenoble, avec une écharpe autour du visage. Je l'avais reconnue comme on reconnaît une femme qu'on est destiné à filmer. Elle ne m'a pas regardé, mais j'ai senti qu'on avait à voir ensemble. (...)

Juliette, c'est un sphynx : j'interrogeais sans cesse sa beauté et sans cesse sa beauté m'interrogeait... (...)

La relation du réalisateur avec l'acteur est le privilège du réalisateur et elle est absolument indicible, elle ne passe dans aucune interview. C'est pour ça que je fais du cinéma : pour avoir ce privilège.  J'avais donné à Juliette cette cassette où l'on voit Chaplin au travail, et cette cassette a un peu hanté tout le film. Comme une chose irréalisable mais dont c'était la moindre des choses que d'essayer de l'atteindre. On voit beaucoup de choses sur cette cassette. On voit les rapports entre Chaplin et ses actrices, comment il travaille lorsqu'il est amoureux et comment il travaille lorsqu'il n'est pas amoureux, le temps que ça prend de tomber amoureux... Chaplin étant toujours à la fois acteur et réalisateur vis-à-vis des femmes de sa vie, qui étaient toujours sur le plateau, moi j'en tire des leçons, je ne sais pas... sur ce que les gens appellent la direction d'acteurs..."

"Une actrice, c'est une question, ce n'est pas une réponse. A rien. Et ce n'est pas en la déshabillant qu'elle deviendra une réponse à quelque chose."

(Leos Carax, La beauté en révolte, extrait d'un entretien réalisé par Marc Chevrie, Alain Philippon, Serge Toubiana, Cahiers du Cinéma n°390, décembre 1986, page 27, page 29)

~~

Pour son prochain film, Annette, Leos Carax a choisi sa prochaine héroïne : Rooney MARA, autre sphinx "Trying to figure out what was going on inside of you"

Steve Carell: "Something I found in watching your performance specifically was that by the end of it, you know, you can hang on people’s words in movies... I was hanging on your face. Trying to figure out what was going on inside of you".

Rooney Mara: "A lot of people in my personal life feel that way".

Steve Carell: "It was fascinating. You know when they say, “If you want someone’s attention, whisper.” To try to break through the cacophony of all this information and everything happening, sometimes just take it really, really subtle. I felt like your performance was that way, because it was so nuanced that I was hanging on every moment".

~~

Une actrice, c'est une question, ce n'est pas une réponse.

Cf Pablo Larrain : "That’s her mystery. You never get all the answers".

Quand Darren Aronofsky (en tant que producteur) propose à Pablo Larrain de réaliser JACKIE, Larrain pose une condition : que Natalie Portman soit Jackie. "Sinon je ne fais pas le film". Pourquoi Portman ? Pablo Larrain explique : "It was her mystery. You sit her in front of the camera, dress her however you need to dress her, get her to look however she has to, ask her to describe everything she feels and everything she’s thinking, and you will still wonder what’s going on. That’s her mystery. That’s a resource in cinema. You never get all the answers. If you do, the game is over".

DENIS LAVANT - JULIETTE BINOCHE : MAUVAIS SANG - LEOS CARAX
DENIS LAVANT - JULIETTE BINOCHE : MAUVAIS SANG - LEOS CARAX
LEOS CARAX - HOLY MOTORS - Édith Scob : Céline
ROONEY MARA - DOWNTOWN
ROONEY MARA - DOWNTOWN
ROONEY MARA - DOWNTOWN

JULIETTE BINOCHE (AVEC DENIS LAVANT) | MAUVAIS SANG | LEOS CARAX

EDITH SCOB | HOLY MOTORS | LEOS CARAX

ROONEY MARA | DOWNTOWN | DAVID FINCHER (-> VIDEO)