Claude Sautet :

"Pour les metteurs en scène qui viennent du théâtre, le studio est fondamental : il détermine toute leur esthétique. Mais pour ceux qui ne viennent pas du théâtre ou qui ne l'aiment pas, il faut qu'ils aient surmonté à un point extrême les problèmes de l'enregistrement de la vie dans la réalité pour pouvoir transposer allègrement et sûrement en studio. Pour ma part, j'y suis très mal à l'aise. La première fois que j'y suis entré pour travailler, je me suis senti d'un seul coup devant ces lieux qui n'existent pas, où l'on peut tout démolir, se mettre où l'on veut, faire tout ce que l'on désire, sans aucune loi, aucune rigueur. On passait trois heures à régler les éclairages, et le résultat était mauvais. L'excès de facilité entraîne une difficulté plus grande. On passe des heures dans un décor à chercher ce qui fait que la vie n'y est pas. Comment se fait-il que tout soit à sa place ? Il y manque une espèce de désordre ; il faut beaucoup de temps pour le retrouver. Dans les décors naturels, au contraire, quelque chose existe de ce désordre universel, de ce désordre propre à l'homme, qui contredit une certaine logique apparente, et lui donne donc une dimension. Il y a une possibilité immédiate de jouer avec cette donnée d'une réalité un peu désordonnée, et la logique un peu abstraite d'un personnage."

(Claude Sautet, février 1962, Présence du cinéma n°12,
Fragment 2089bis page 764 de "Passage du cinéma, 4992")

Photo :

1970 : Les Choses de la vie - Claude Sautet
Michel Piccoli : Pierre Bérard
Romy Schneider : Hélène Haltig

 

1970 : Les Choses de la vie - Claude Sautet - Michel Piccoli : Pierre Bérard - Romy Schneider : Hélène Haltig