David Cronenberg :

"Quand je pensais devenir écrivain, avant de découvrir le cinéma, mon désir profond était de rester un romancier obscur. Obscur. Le genre d'écrivain sur qui on tombe par accident et dont on se félicite qu'une telle personne ait écrit ces, disons, trois petits romans qui n'ont jamais eu de succès et qui étaient pratiquement impossibles à trouver. Ils auraient toujours été épuisés, mais, presque par miracle, vous auriez réussi à les dénicher. 

(...) Je ne fais pas E.T., je ne fais pas de films dont le but est qu'on dise "C'est le film préféré du public de tous les temps" ou quelque chose comme ça. Pour moi, ce serait aussi une sorte d'échec. 
Donc, choquer le public, ou faire en sorte qu'il vous aime, aucun des deux n'est suffisant pour moi, ni assez intéressant ni assez complexe : si quelqu'un se sent mal à l'aise s'il est en colère, mais aussi, d'une certaine façon, séduit et attiré par le film en même temps, alors c'est le sentiment que je recherche. Je m'estime comblé.

(...) Je n'ai vraiment pas l'impression d'essayer de provoquer les gens. Je veux les étonner... les émouvoir en leur montrant des choses qu'ils n'ont jamais vues et en établissant des connexions inattendues, des métaphores par exemple. Mais je ne cherche pas absolument à les choquer, plutôt à les surprendre."

(David Cronenberg, entretiens avec Serge Grünberg,
Editions Cahiers du Cinéma, extraits des pages 21, 23 et 33)

 

 

Vidéo : David Cronenberg - Films 1969 - 2014

Extraits de Films:
Stereo, Crimes of the Future, Shivers, Rabid, Fast Company, The Brood, Scanners, Videodrome, The Dead Zone, The Fly, Dead Ringers, Naked Lunch, M Butterfly, Crash, eXistenZ, Spider, A History of Violence, Eastern Promises, A Dangerous Method, Cosmopolis, Maps to the Stars.
Music: Howard Shore & Metric - Benno | Video: Hello Wizard

Livre : David Cronenberg, entretiens avec Serge Grünberg, Editions Cahiers du Cinéma