-- Todd Haynes : "J’ai repris le livre de Barthes, Fragments d’un discours amoureux, en travaillant sur CAROL car c’est vraiment de ça que parle le film : le théâtre fou et solitaire de l’imagination amoureuse". (Télérama)

-- "Par mégarde, le doigt de Werther touche le doigt de Charlotte, leurs pieds, sous la table, se rencontrent. Werther pourrait s'abstraire du sens de ces hasards ; il pourrait se concentrer corporellement sur ces faibles zones de contact, et jouir de ce morceau de doigt ou de pied inerte, d'une façon fétichiste, sans s'inquiéter de la réponse (comme Dieu - c'est son étymologie -, le Fétiche ne répond pas).
Mais précisément : Werther n'est pas pervers, il est amoureux : il crée du sens, toujours, partout, de rien, et c'est le sens qui le fait frissonner : il est dans le brasier du sens. Tout contact, pour l'amoureux, pose la question de la réponse : il est demandé à la peau de répondre."

(Roland Barthes, 
Fragments d'un discours amoureux,
"Quand mon doigt par mégarde..."
Oeuvres complètes, V, p. 97) 

CAROL, au cinéma le 13 janvier 2016, un film de Todd Haynes, avec Rooney Mara et Cate Blanchett

 

ROONEY MARA - CATE BLANCHETT : CAROL | Todd Haynes : J’ai repris le livre de Barthes, Fragments d’un discours amoureux, en travaillant sur Carol car c’est vraiment de ça que parle le film : le théâtre fou et solitaire de l’imagination amoureuse