Antoine Vitez. Faut-il un maître ? | Formation du comédien

Antoine Vitez :

"L'enseignement. L'autorité.

Il faut peut-être un maître. Dans le fond j'ai l'ambition de devenir un maître. Mais c'est une ambition snob. Un maître sous une apparence "non directive". Le comble de l'élégance. Finalement, pourquoi cette hypocrisie ? pourquoi céder à la démagogie ? Un maître c'est quelqu'un à qui les autres se confient, ils s'en remettent à son jugement, et ça c'est contestable, on n'en finit plus d'en parler. Mais le poète, celui qui porte avec lui une vision globale, un système cohérent, au moins une méthode là où les autres encore tâtonnent, c'est le vrai maître.

A vrai dire il y a un retour au maître chez les jeunes comédiens d'aujourd'hui, un désir d'être dominé, contraint, qui explique le prestige de Grotowski, par exemple.

Mon cas est difficile, puisque je fonde l'enseignement de l'acteur sur la maïeutique, comme je dis, et que je ne veux pas les transformer, mais les prendre comme ils sont et les amener à jouer avec l'idée qu'ils se font d'eux-mêmes s'ils s'analysent profondément."

16 mars 1969
Antoine Vitez, Ecrits sur le théâtre, I : L'Ecole,
Editions P.O.L page 78

Photo :

Jerzy Grotowski
"hystrio magazine"
corel painter
© Giorgio Baroni 2012

Jerzy Grotowski - hystrio magazine - corel painter © Giorgio Baroni 2012

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL