Eric Rohmer à Jean-Luc Godard : "La vraie leçon du cinéma italien n'est pas encore comprise de tout le monde. Il est positivement invraisemblable qu'un opérateur vous déclare : "Ne faites pas ceci, je ne pourrai pas l'éclairer. Ne bougez pas trop vos acteurs, je devrai refaire mes lumières..." Il faut le dire : nos opérateurs manquent d'audace, et je crois que des écoles comme l'ETPC et l'IDHEC ne sont pas faites pour leur en donner. Au contraire..."

(Les amis du cinéma n°1, octobre 1952)

~~

Francis Ford Coppola : "Vous savez, les acteurs et les techniciens sont comme les spectateurs : ils résistent très fort face aux innovations."

(2 septembre 1982,
Positif n°262 - Fragment 4315, extrait, page 232 de "Passage du cinéma 4992")

~~

Jean-Luc Godard : "A bout de Souffle, c'est un film qui a été fait en réaction contre tout ce qui ne se faisait pas, presque pathologiquement ou systématiquement ; ça correspondait chez moi à un désir, de montrer que tout était permis."

(INA)

~~

Jean-Luc Godard : "Dès le départ, j'ai dû lutter contre tout. Si j'avais envie de tourner en 16 mm, c'était défendu, si on avait envie de mettre la caméra comme ça, c'était défendu, si on avait envie de travailler telle pellicule, c'était défendu, si on avait envie de travailler sans éclairage, c'était défendu... Il y avait un nombre de règles absolument incroyable. On avait beaucoup de mal à vivre." (Cinéma en liberté, 08.11.1971 François Bardet)

~~

Jean-Luc Godard à Robert Bressonil faut violer la photographie (la cinématographie), la pousser dans ses...

Eric Rohmer, l'oeil dans le viseur de la caméra, filme. Tournage de Perceval le Gallois