"Haydée offre une surface trop lisse, opaque et transparente, offerte et refusée. Si bien que le dénouement ardemment recherché par les deux garçons, sous les apparences de la désinvolture, se change en crispation fébrile. (« Que font les personnages ? Ils se grattent », m'a dit Rohmer.) Observez leurs tremblements, le doigt d’Adrien glissant sur la jambe d'Haydée, Daniel frappant le sol spasmodiquement. Rage de ne point sentir, de ne point voir, alors qu'il suffirait... Il suffirait au fond de consentir. Admettre que le sourire d'Haydée ne signifie rien d'autre que son éclat. Refuser d'interpréter, c’est-à-dire de mimer intérieurement la conduite de l'autre. Consentir à l'étrangeté. Se satisfaire de l'immédiat, du présent. C'est-à-dire, au fond, devenir cinéaste."

Extrait de Claude-Jean PHILIPPE, Les affinités sélectives : LA COLLECTIONNEUSE d'Eric Rohmer,
Cahiers du Cinéma n°188, mars 1967

Photo : 

"En somme, mon plus grand tort, c'est de vouloir vérifier mes impressions premières". 

Six contes moraux - 1967 : La Collectionneuse
Patrick Bauchau : Adrien
Haydée Politoff : Haydée
Un film d'Eric Rohmer

Rohmer : Que font les personnages de La Collectionneuse ? Ils se grattent
Rohmer : Que font les personnages de La Collectionneuse ? Ils se grattent
Rohmer : Que font les personnages de La Collectionneuse ? Ils se grattent