Woody Allen, d'où vous vient ce goût pour les longs plans-séquences ?

Woody Allen : "De ma paresse. Sur le plateau, je pense : c'est une scène avec tois ou quatre personnages. Je ne vais pas la filmer avec un plan sur deux personnages, puis un plan sur deux autres personnages, et encore deux, puis un personnage seul, et ensuite un gros plan, et puis un plan par-dessus l'épaule. ça va nous prendre la journée, et la journée de demain. Je n'ai pas la patience ni la concentration suffisantes. Je ne supporterai pas de passer aussi longtemps à entendre répéter la même scène. Je vais dessiner un plan, y mettre toutes les informations, on le tournera, et on passera à autre chose.

Et je fais ça depuis des années. C'est pourquoi j'ai fait tant de films sans m'en lasser.

Aucune raison artistique à cela. Il y a mille façons de raconter une histoire, avec beaucoup de plans ou sans jamais couper, les deux solutions ont leurs avantages. J'ai choisi de pencher pour les avantages du plan-séquence, parce que je suis flemmard. Mais Eisenstein, ou Hitchcock, ne tournaient pas de plans longs. Ils faisaient vingt millions de collures, et c'était magnifique."

(Entretiens avec Eric Lax, Plon)

Woody Allen - tournage - caméra
Woody Allen - tournage - caméra
Kristen Stewart - Jesse Eisenberg - tournage avec Woody Allen