Ingmar Bergman : "Dès ma plus tendre enfance, j'ai eu envie d'exhiber mes talents. J'éprouvais un vif besoin d'attirer l'attention des grandes personnes sur ces manifestations de ma présence au monde. Je trouvais que les autres ne s'intéressaient jamais assez à moi. Et puis, la réalité ne suffisant plus, j'ai commencé à imaginer, à entretenir ceux de mon âge d'histoires inouïes autour de mes exploits secrets. C'étaient des mensonges gênants qui se brisaient irrémédiablement face au scepticisme réaliste de mon entourage. Je finis donc par me retirer de la communauté et je gardai pour moi mon monde de rêves. C'est ainsi qu'un enfant avide de contacts et obsédé par son imagination se transforma assez rapidement en un rêveur blessé et rusé. Mais un rêveur n'est artiste que dans ses rêves. Il alla de soi que le cinématographe devînt mon moyen d'expression. J'avais soudain une possibilité de correspondre avec le monde autour de moi dans une langue qui se parle littéralement d'âme à âme..." (Ingmar Bergman, Images, Gallimard)

Ingmar Bergman : comment je suis devenu cinéaste