Paul Valéry, De la diction des vers : Racine et Gluck

Paul Valéry, De la diction des vers :

"Entre tous les poètes, Racine est celui qui s'apparente le plus directement à la musique proprement dite, - ce Racine de qui les périodes donnent si souvent l'idée des récitatifs à peine un peu moins chantants que ceux des compositions lyriques, - ce Racine de qui Lulli allait si studieusement entendre les tragédies ; et des lignes, des mouvements duquel les belles formes et les purs développements de Gluck semblent les transformations immédiates."

(Pièces sur l'art, De la diction des vers,
Paul Valéry, Pléiade, Oeuvres II, p. 1257)

Autre extrait de Valéry, plus développé : De la diction des vers - Il faudrait se fonder sur le chant | PAUL VALERY

 

 

Quel nouveau ciel...

Orphée - Magdalena Kozena, Eurydice - Madeline Bender,
Monteverdi Choir, Orchestre Révolutionnaire et Romantique,
direction musicale John Eliot Gardiner, chorégraphie Giuseppe Frigeni, mise en scène Robert Wilson

 

 

Vidéo : Magdalena Kozena : J'ai Perdu Mon Eurydice

Gluck, Orphee et Eurydice, Robert Wilson, Châtelet, 2000

 

Magdalena Kozena : J'ai Perdu Mon Eurydice  Gluck, Orphee et Eurydice, Robert Wilson, Chatelet, 2000

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL