Valeria Bruni-Tedeschi :

"La Méthode (Stanislavski) peut aussi tourner au numéro d'acteur, tout dépend comment on utilise cet outil. Moi, je m'en sers seulement quand je ne sais plus quoi faire, je ne commence jamais par là. C'est assez dur comme ça de jouer pour ne pas s'interdire d'utiliser tout ce qu'on peut. Il y a, par exemple, un autre exercice très utile dans la Méthode. Il s'agit de faire un travail d'observation d'un animal qu'on a choisi par rapport à un comportement physique, une énergie, un rythme, une respiration. Il faut ressentir précisément les choses de cet animal. (...) Ce n'est pas un travail d'imitation, là non plus, mais de sensation, ce n'est pas un spectacle pour les autres, mais un travail de recherche pour soi, en soi. (...) Si je fais un film où je dois être vachement sexy et que je suis un peu bloquée, parce qu'à ce moment-là de ma vie je ne me sens pas très sexy, pas très bien dans mon corps, pas sûre de moi, et donc mal à l'aise dans les scènes d'amour, en travaillant sur la panthère, je ferai des choses que normalement je ne me permets pas de faire, car ce sera l'animal qui les fera."

(Cahiers du cinéma n°488, février 1995,

Fragment 6135 page 517 de "Passage du cinéma, 4992")

Valeria Bruni-Tedeschi