"ils se protègent trop, ils s'abusent en pensant qu'ils ne sont toujours pas prêts.
Une paralysie s'ensuit et on n'est plus jamais prêt. C'est un cercle qu'il faut savoir briser"

François FLORENT (Fondateur du Cours Florent) :

"Parlons de la durée des études. Il y a des gens qui étudient l'art dramatique pendant des années, ceux qui passent trois ans à l'Ecole, puis trois ans à l'Ensatt, puis trois ans au Conservatoire, ça fait neuf ans... Trois ans de cours et trois ans de Conservatoire, ça fait déjà six ans... Neuf ans, c'est complètement ridicule, mais ça existe effectivement. Quelqu'un qui suit ce que j'appelle la "voie royale", c'est-à-dire Florent + Conservatoire, ça fait sept ans (deux ans d'Ecole, deux ans de Classe libre, trois ans de Conservatoire), je le comprends. Ce qui me paraît inconcevable, ce sont les gens qui passent trois ou quatre ans à l'Ecole, qui ratent les concours, et qui ensuite suivent des années de stages chez Untel, Untel et Untel ; ils se protègent trop, ils s'abusent en pensant qu'ils ne sont toujours pas prêts. Une paralysie s'ensuit et on n'est plus jamais prêt. C'est un cercle qu'il faut savoir briser. Je ne dis pas pour autant que nous sommes le nec plus ultra et qu'après nous il ne faut plus étudier, au contraire, il y a des expériences très captivantes comme celle de Sava Lolov ou de Virginie Colemyn chez Mnouchkine. Mais trop souvent, les "stages sempiternels" finissent par brouiller l'esprit et ne résolvent aucun problème. Pendant un ou deux ans, il faut se dire que l'on ne cherche qu'à rencontrer les gens qui réalisent, qui font de la mise en scène. Nos travaux de fin d'études sont là pour - d'une manière ou d'une autre - catapulter les gens dans la profession. Je crois que constituer une troupe est une meilleure solution que de suivre les "stages sempiternels". Si l'on regarde autour de soi, à part des exceptions fameuses, genre Henri Virlojeux, on entre dans la profession entre 20 et 30 ans. (...) La prolongation de pseudo-études pour retarder le moment d'entrer dans le métier est nocive."

François Florent,
Cette obscure clarté,
Gallimard, page 164

François FLORENT - Formation du comédien : durée des études - constituer une troupe est une meilleure solution que de suivre les stages sempiternels