Michael Cimino, à propos de l'échec de Heaven's Gate (La Porte du Paradis) :

"Les gens ont premièrement rejeté la réalité matérielle du film. Or notre perception de l'Ouest a été façonnée plus par les films que par la véritable histoire de l'Ouest.

Même les gens dont nous estimons qu'ils sont plus cultivés ont le sentiment que l'Ouest a quelque chose à voir avec ce que le cinéma nous en a montré. Ce qu'ils ont vu, ou ce qu'ils se rappellent, ce à quoi ils sont habitués, ce sont de mauvais films bâclés, où il n'y avait jamais de figurants à l'arrière-plan, les rues étaient toujours vides, parce que c'était simplement moins cher à faire.

J'ai entendu des gens me dire : "Pourquoi des poteaux télégraphiques, est-ce qu'ils avaient l'électricité à l'époque ?", "Pourquoi les rues sont-elles si pleines de gens, que font là tous ces gens ?".

Avez-vous déjà vu une photographie d'époque ? (...) Ce qui impressionne toujours, c'est le dynamisme de ces villes en développement, en construction (...) la foule qui se pressait dans les grand'rues, le commerce, on ne nous a jamais montré cela. Nous sommes habitués à voir des décors de cinéma, pas des endroits réels. (...) Ce qu'on compose, en fait, c'est une réalité cinématographique plutôt qu'une réalité historique.

Les gens n'ont pas voulu se confronter à cette idée, alors ils ont commencé par refuser la réalité matérielle représentée, les foules, les commerces, les poteaux télégraphiques, les patins, les vêtements des gens, le formalisme de la façon de parler du 19ème siècle.

Dans ce film, il n'y a pas un seul édifice, un seul décor intérieur qui ne soit inspiré, d'une manière ou d'une autre, de photographies d'époque. Chaque élément de garde-robe, les principaux costumes, les costumes des figurants, ont été dessinés à partir de photographies, et pourtant cela a été complètement rejeté."

(Extraits de
"Entretien avec Michael Cimino", par Bill Krohn, avril 1982,
Cahiers du cinéma MADE IN USA, numéro spécial 337, juin 1982, page 101)

-----

Michael Cimino :

"La vision des Américains a été façonnée par le cinéma ; ils ont vu et revu les mêmes décors, les mêmes paysages, dans des centaines de films. Leur histoire de l'Ouest, c'est l'histoire du Western : des maisons de bois, des rues désertes, un héros solitaire qui fait son entrée à cheval. Ce n'est pas l'Ouest industrieux du commerce, de l'argent, de la surpopulation. Pourtant Leadville dans le Colorado ou Butte dans le Montana, pour ne citer que celles-là, étaient des villes bourdonnantes d'activité. Enrichies par l'argent ou le cuivre, elles disposaient de larges avenues, de trottoirs pavés, d'immeubles en briques, et même d'un opéra. Elles s'efforçaient d'imiter New-York !
Or dès que vous lui présentez une telle image, le public rechigne - et ce avant même que vous n'ayez abordé le sujet. Il rejette cette vision, puis les personnages, ensuite l'intrigue, et enfin le film tout entier."

(Cannes, 21 mai 1981, Positif n°246,
Fragment 4290 page 771 de "Passage du cinéma 4992")

-----

Michael Cimino :

"Si on essaie de représenter un membre de la mafia comme il est réellement en Sicile et non comme dans les films américains, on nous accuse de falsifier la vérité."

(Cahiers du cinéma n°439, janvier 1991
-- Fragment 5945 page 852 de "Passage du cinéma 4992")

 

 

Heaven's Gate (La Porte du Paradis), version intégrale restaurée, Blu-ray

Avec Kris Kristofferson, Christopher Walken, Isabelle Huppert, Jeff Bridges, John Hurt

 

MICHAEL CIMINO : Heaven's Gate (La Porte du Paradis) - Avec Kris Kristofferson et Isabelle Huppert
MICHAEL CIMINO : Heaven's Gate (La Porte du Paradis) - Avec Kris Kristofferson et Isabelle Huppert
MICHAEL CIMINO : Heaven's Gate (La Porte du Paradis) - Avec Kris Kristofferson et Isabelle Huppert
MICHAEL CIMINO : Heaven's Gate (La Porte du Paradis) - Avec Kris Kristofferson et Isabelle Huppert