Federico Fellini :

"Je ne trouve pas de grande différence entre fantaisie, rêve, et faits advenus dans la réalité. Mais quoi ? Les songes et les rêves ne sont-ils pas également des faits qui surviennent, quand on s'abandonne à eux ?... Les témoignages les plus secrets et les plus authentiques d'un auteur ne sont pas forcément les anecdotes les plus étroitement autobiographiques. Plus que dans les personnages principaux, j'ai l'impression de me reconnaître dans certaines prises de vues, perspectives, ouvertures musicales, dans certains fondus ou dans un certain montage haché de mes films. Un auteur s'exprime parfois aussi dans le choix d'un objet, d'un meuble, d'un visage, d'une couleur, d'une lumière..." 

(Federico Fellini, entretien, 
in Le Cinéma italien parle, Aldo Tassone, 
Editions Edilig, page 112)

Photo : Federico Fellini : La Cité des femmes (1980) : "Et la nuit, commence le grand voyage."

Federico Fellini : La Cité des femmes (1980) : Et la nuit, commence le grand voyage