Federico Fellini :

"Je me sens parfois envahi de doutes et de scrupules moraux et idéologiques, je me dis qu'il serait grand temps d'en finir avec la représentation complaisante ou angoissée du négatif, le miroir inquiétant du désordre et de la décadence, trouver enfin la force de proposer quelque chose - un personnage, une idée, une fantaisie - qui recharge l'énergie vitale du créateur et de l'homme..."

(...)

"Le "positif" vient du "négatif", a-t-on l'habitude de dire, mais on parle depuis si longtemps et seulement du "négatif" qu'il est devenu une dimension exclusive et morbide."

(Extraits de deux entretiens de Federico Fellini avec Aldo Tassone, à l'époque du tournage de Casanova, puis après.
Le cinéma italien parle, Aldo Tassone, Edilig, page 117)

CASANOVA DE FELLINI