Claude Régy : J'essaie de faire que l'acteur ne prenne pas à son compte l' "activité", comme le nom d' "acteur" semblerait devoir l'y pousser. Apprendre la passivité, façon de s'oublier soi-même pour se laisser traverser par des forces

Rêve et Folie - Mise en scène  Claude Régy  Rêve et Folie - Nanterre Amandiers - Photo Pascal Victor

Claude Régy :

"J'essaie toujours de faire que l'acteur ne prenne pas à son compte l' "activité", comme le nom d' "acteur" semblerait devoir l'y pousser".

"Je pense que c'est important d'apprendre la patience et aussi d'apprendre la passivité". "Le travail sur la passivité (...) façon de s'oublier  soi-même pour se laisser traverser par des forces".

"Si nous nous laissons être, nous sommes reliés à l'ensemble du cosmos tout le temps."

"Les acteurs doivent (...) - cette capacité-là m'est la plus indispensable - laisser voir à travers eux autre chose qu'eux-mêmes."

"Pour la physique quantique, les particules virtuelles ont une réalité. Nous ne sommes pas en état de percevoir cette réalité. Mais ça ne l'empêche pas d'exister. On peut donc travailler sur la réalité de la virtualité. Et même peut-être sur une réalité qu'on ne perçoit pas".

"(Il) nous faut mettre en oeuvre une hypersensibilité à l'invisible" ; "chacun d'entre nous est un microcosme, et nous contenons tous la totalité de l'univers".

"Les Ateliers Contemporains" - Claude Régy et les figures du temps, par Maryvonne Saison.
in Les voies de la création théâtrale : Claude Régy, CNRS Editions, extraits des pages 112, 111, 109

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL