Sigrid Bouaziz : Au théâtre 90 % du temps on s’ennuie, c’est un fait / Roland Barthes : Nos critiques eux-mêmes sont fort pudiques sur l'ennui : en parler est choquant

Sigrid Bouaziz : Au théâtre 90 % du temps on s’ennuie, c’est un fait / Roland Barthes : Nos critiques eux-mêmes sont fort pudiques sur l'ennui : en parler est choquant

Sigrid BOUAZIZ, VOGUE : « Je veux faire de la mise en scène également, j’ai envie de partager ma vison du monde, de mettre en forme de nouvelles choses... Au théâtre 90 % du temps on s’ennuie, c’est un fait. J’aimerais lier tout ce que j’aime, la musique, le son, le corps, atteindre physiquement le spectateur. »

~~

Roland BARTHES, La vaccine de l'avant-garde : "le public des générales du Marigny, snob et ranci, rassemblé là aux trois quarts par habitude ou vanité, possède par nature une puissance incroyable d'ennui : venu pour se faire voir aux entractes, dressé d'ailleurs par éducation à tous les vieux poncifs du théâtre rhétoriqueur, aux monologues des actrices mûres et aux grands débats verbeux entre l'âme et la chair, la religion et l'adultère, c'est un public sage, qui ne sort en général de son absence que pour rappeler sans fin "ses chers acteurs" (...).  Nos critiques eux-mêmes sont fort pudiques sur l'ennui : en parler est choquant, contraire aux bienséances de la profession (...). Non, on ne tient guère l'ennui pour une valeur de jugement, sauf lorsqu'il s'agit de porter un coup à une pièce d'intellectuels (En attendant Godot), pour le reste on perdure sans broncher (...), parce que l'on sait bien que les pièces nobles sont fatalement un peu ennuyeuses (c'est ce qu'on appelle en langage critique : une pièce austère)." (Lettres nouvelles, mars 1955, in Roland Barthes, Ecrits sur le théâtre, Points, pages 156-157)

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL