Peter Brook : Pour ceux qui étaient présents seulement

Peter Brook : "Un des moments les plus intéressants, ce fut durant un exercice où chaque membre du groupe devait représenter un enfant. Naturellement, les acteurs, les uns après les autres, imitèrent un enfant : ils se baissaient, se tortillaient ou poussaient des cris aigus. Le résultat était lamentable. Puis, l'acteur le plus grand du groupe s'avança, et sans le moindre mouvement physique, sans essayer d'imiter le langage enfantin, présenta de façon totale, à la satisfaction de tous, l'idée qu'on lui avait demandé de faire passer. Comment ? Je ne peux le décrire ; cela se passa dans une sorte de communication directe et pour ceux qui étaient présents seulement. C'est cela que certains théâtres appellent la magie, d'autres la science, mais c'est la même chose. Une idée invisible était représentée de façon adéquate."

Peter Brook, L'espace vide, Ecrits sur le théâtre,
Le théâtre sacré, Seuil, page 76

Peter Brook, L'espace vide, Ecrits sur le théâtre

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL