Jean-Luc Godard : Il y a deux ou trois ans, j'ai eu l'impression que tout avait été fait, qu'il ne restait plus rien à faire aujourd'hui. Après Pierrot, je n'ai plus cette impression du tout. Oui. Il faut tout filmer, parler de tout. Tout reste à faire

Après tout je suis idiot... / Pierrot le fou / jean-luc godard - jean-paul belmondo

Jean-Luc Godard : "Il y a deux ou trois ans, j'ai eu l'impression que tout avait été fait, qu'il ne restait plus rien à faire aujourd'hui. Je ne voyais pas quoi faire qui n'avait pas été déjà fait. On a tourné Ivan le Terrible, Notre pain quotidien. On nous a dit de faire des films sur la foule, mais La Foule a déjà été fait, pourquoi le refaire ? Bref, j'étais pessimiste. Après Pierrot, je n'ai plus cette impression du tout. Oui. Il faut tout filmer, parler de tout. Tout reste à faire." (Cahiers du Cinéma n°171, octobre 1965)

Photo : "Après tout je suis idiot..." / Pierrot le fou

Cf Orson Welles : "Bien sûr que tout a été fait, mais il vaut mieux ne pas le savoir. Bon sang, tout avait déjà été fait quand moi j'ai commencé ! ...
Moi, pour être heureux, j'ai besoin de me sentir comme Christophe Colomb ; j'ai envie de découvrir l'Amérique. ...
J'essaie de me persuader que tout existe pour la première fois. C'est ce que j'entends par innocence, comme Adam dans le premier jardin du monde, qui invente des noms pour les fleurs et les animaux. ...
La mode, c'est le signe infaillible de la médiocrité. En fin de compte, nous ne serons pas jugés en fonction de notre appartenance au courant principal, mais en fonction de notre réponse individuelle à ce courant". (Orson Welles à Peter Bogdanovich)

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL