Orson WELLES

"Selon les plaisirs qu’ils me donnent, voici la hiérarchie que j’établirais entre les différents arts : tout d’abord la littérature, puis la musique, la peinture, et le théâtre. Au théâtre, il y a une impression très désagréable : les gens vous regardent et, pendant deux heures, on se sent prisonnier de la scène. 

Mais je vais vous faire une confidence bien plus terrible : je n’aime pas le cinéma, sauf quand je tourne ; alors, il faut savoir ne pas être timide avec la caméra, lui faire violence, la forcer dans ses derniers retranchements, parce qu’elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c’est la poésie".

(Entretien avec Orson Welles,
par André Bazin, Charles Bitsch, Jean Domarchi,
CAHIERS DU CINEMA n°87,
Septembre 1958)

Orson WELLES : Selon les plaisirs qu’ils me donnent, voici la hiérarchie des arts : tout d’abord la littérature, puis la musique, la peinture, et le théâtre. Je n'aime pas le cinéma, sauf quand je tourne