OLGA KURYLENKO - A LA MERVEILLE - TERRENCE MALICK

Jean-Yves Tadié, Proust et le roman : "les notations d'âge sont rares dans la Recherche, parfois supprimées quand elles figuraient dans des versions antérieures, et dues à d'autres raisons que l'objectivité : "J'ai plus de quarante ans, dit le baron, qui avait dépassé la soixantaine". L'âge est visé, cerné, défini par une zone : jeunesse, maturité, vieillesse. C'est justement parce que le roman de Proust est fidèle au temps que ses héros n'ont pas d'âge fixé, alors que, dans des ouvrages plus conventionnels, l'indication de celui-ci dispense de tenir compte du passage du temps : "L'homme est cet être sans âge fixe, cet être qui a la faculté de redevenir en quelques secondes de beaucoup d'années plus jeune, et qui entouré des parois du temps où il a vécu, y flotte, mais comme dans un bassin dont le niveau changerait constamment et le mettrait à portée tantôt d'une époque, tantôt d'une autre". (Albertine disparue)" [Jean-Yves Tadié, Proust et le roman, Temps et personnages, TEL p. 321]

Photo : Olga Kurylenko, A la merveille, Terrence Malick