Martin Scorsese : Mean Streets n'est pas une tranche de vie, cela ressemble plutôt à un opéra ; un opéra désinvolte, intense et violent, à la fois très fidèle à la réalité et très stylisé

Martin Scorsese : Mean Streets n'est pas une tranche de vie, cela ressemble plutôt à un opéra ; un opéra désinvolte, intense et violent, à la fois très fidèle à la réalité et très stylisé

Martin Scorsese : "Mean Streets n'est pas une tranche de vie, cela ressemble plutôt à un opéra ; un opéra désinvolte, intense et violent, à la fois très fidèle à la réalité et très stylisé. Il n'y a pas d'intrigue à proprement parler. Ce qui constitue l'histoire, ce sont les personnages, leurs rapports passionnels, leurs émotions à fleur de peau. Il s'agit de la seconde génération d'immigrés italiens, celle des fils, et ils sont tous prisonniers de l'écheveau complexe que tissent leurs problèmes personnels dans l'univers fermé des bas quartiers de l'East Side." (Press Book de Mean Streets)

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL