LAETITIA CARCANO - LE DIABLE PROBABLEMENT - ROBERT BRESSON
LE GENOU DE CLAIRE - ERIC ROHMER

 

Gilles Deleuze : "Ainsi Rohmer a-t-il souvent dit, quand il expliquait sa pratique, que "Les contes moraux" étaient des mises en scène de textes d'abord écrits en style indirect, puis passant à l'état de dialogues : la voix off s'efface, même le narrateur entre dans une relation directe avec un autre (par exemple la femme écrivain du "Genou de Claire"), mais dans de telles conditions que le style direct garde les marques d'une origine indirecte et ne se laisse pas fixer à la première personne. (...) 

On dirait que Rohmer a pris le chemin inverse de celui de Bresson, qui se servait déjà deux fois de Dostoïevski, et une fois du roman médiéval. Car, chez Bresson, ce n'est pas le discours indirect qui est traité comme direct, c'était l'inverse, c'était le direct, c'était le dialogue qui était traité comme s'il était rapporté par quelqu'un d'autre : d'où la célèbre voix bressonienne, la voix du "modèle" par opposition à la voix de l'acteur de théâtre, où le personnage parle comme s'il écoutait ses propres paroles rapportées par un autre, pour atteindre à une littéralité de la voix, la couper de toute résonance directe, et lui faire produire un discours indirect libre."

Note 34 - Michel Chion : "Le modèle bressonien parle comme on écoute : en recueillant au fur et à mesure ce qu'il vient de dire en lui-même, si bien qu'il semble clore son discours au fur et à mesure qu'il l'émet, sans lui laisser la possibilité de résonner chez le partenaire ou le public. (...) Dans "Le Diable probablement" aucune voix ne résonne plus. Dans "Quatre nuits d'un rêveur", le flash-back prend un sens spécial, puisqu'il permet d'autant plus aux personnages de parler comme s'ils rapportaient leurs propres paroles. On remarquera que Dostoïevski dotait déjà son héros d'une voix étrange ("j'ai commencé comme si je lisais dans un livre...", "quand vous parlez on dirait que vous lisez dans un livre...")."

Cinéma 2, L'Image-Temps, Les composantes de l'image, 
Les Editions de Minuit, extraits des pages 315-316

Photos :

Laetitia Carcano et Antoine Monnier dans LE DIABLE PROBABLEMENT, de Robert Bresson
Jean-Claude Brialy dans LE GENOU DE CLAIRE, d'Eric Rohmer

~~

Autre note : Robert Bresson : Dostoïevski. Parce qu'il traite de sentiments et que je crois aux sentiments. Parce que tout chez lui, sans exception, est juste

actress.camera | international actresses
Erika Linder / Model & Actress / Photo (c) Amanda Demme

 

Erika Linder

Photo (c) Amanda Demme

 

"Proudly androgynous, Linder models in both men’s and women’s runway shows. So it is no surprise that her personal hero is Tilda Swinton. “I admire her style so much—I think she is amazing. She can do it all; she can play a man, a woman, a horse!” she says. And so, we suspect, can Linder.

Asked if her new career (actress) is scary, she says of course it is: “But if it isn’t scary, I don’t want to do it." - VOGUE, APRIL 4, 2018. Hooked on Louis Vuitton’s Capucines With Erika Linder

 

Erika Linder / Actress

 

"Model Erika Linder announces herself as a promising screen presence"
VARIETY

"Erika Linder. One of the most impressive silver screen outings for a model to date"
EYE FOR FILM

 

Sara Serraiocco | Baldwin / Counterpart

 

Sara Serraiocco

Showreel | Counterpart

"The actress Sara Serraiocco is the person stealing the show on Counterpart so far. Serraiocco had a not-so unique path to acting: she started out as a dancer. Now one of the hottest talents in Europe" (Decider)

 

Sara Serraiocco
actress.camera | international actresses