Bacri / Jaoui : Plutôt que de tuer des gens dans la rue... Petite, je me suis sentie seule, différente, malheureuse. Heureusement que je suis tombée sur certains livres qui n'étaient pas ce flot de normes rassurantes. L'être est plus divers et plus riche

Agnès JAOUI :"Cela part de nos énervements communs et des droits de réponse qu'on a la sensation de ne pas pouvoir obtenir. Parce que la télé, les médias et la famille, c'est-à-dire toutes les normes, nous imposent un discours. Comment faire pour y répondre ? (...) Par l'écriture on peut s'en défouler, et éventuellement défouler d'autres gens. Petite, je me suis sentie seule bien souvent, et différente, et malheureuse. Heureusement que je suis tombée sur certains livres, certains romans, certaines chansons, qui n'étaient pas ce flot de normes rassurantes. L'être est plus divers et plus riche que ça. Je trouve exaspérant qu'on me dise tout le temps ce que je dois penser, et c'est de ces exaspérations-là que partent nos envies d'écrire."

Jean-Pierre BACRI : "Il y a une exaspération qui doit bien passer quelque part... plutôt que de tuer des gens dans la rue..."

(L'art du scénario, les ciné-débats, pages 31-32)

Bacri / Jaoui : LE GOUT DES AUTRES | Plutôt que de tuer des gens dans la rue... Petite, je me suis sentie seule, différente,  malheureuse. Heureusement que je suis tombée sur certains livres qui n'étaient pas ce flot de normes rassurantes. L'être est plus divers et plus riche

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL