Jaoui / Bacri : la directrice du théâtre nous a dit : Elle nous plaît, mais faudrait prendre des vedettes. Ben on a dit non, on est allé dans un plus petit théâtre

Jaoui / Bacri : la directrice du théâtre nous a dit : Elle nous plaît, mais faudrait prendre des vedettes. Ben on a dit non, on est allé dans un plus petit théâtre

Agnès JAOUI : "On a eu cette chance immense d'avoir du succès avec notre première pièce, et ce succès a été garant de notre liberté jusqu'à aujourd'hui. Le seul acte de résistance ou de courage qu'on aie eu, c'est quand justement, pour la première pièce, la directrice du théâtre Montparnasse nous a dit : "Elle nous plaît, mais faudrait prendre des vedettes". Notre seule exigence était que Jean-Pierre, Sam Karmann... jouent. (...) Donc, elle voulait des vedettes, et là on a dit..."

Jean-Pierre BACRI : "... Ben non !"

Agnès JAOUI : "Alors on est allé dans un plus petit théâtre. Mais après, on nous a laissés libres. De tout, de tout. C'est pour ça que quand on m'a proposé, comme à tous les réalisateurs qui marchent un peu, d'aller faire des films à Hollywood... Je ne vois pas pourquoi j'irais quelque part où je n'aurais que des contraintes, et pas cette liberté incroyable dont jusqu'à présent on jouit ici."

Jean-Pierre BACRI : "Sans parler de la langue. Ecrire dans une langue qui n'est pas la nôtre, qui n'est pas notre culture... Là justement la musicalité, il n'y en a plus." 

(L'art du scénario, Ciné-débats, pages 32-33)

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL