Orson Welles : une fois de plus, la légende, "que je déteste terminer mes films car pour moi, c'est l'équivalent de la mort", m'a fait perdre l'occasion de tourner un film. Quant à moi, rétablir la vérité, c'est une nécessité, une question de survie

"Je n'ai pas acheté le livre de Higham, mais j'ai réussi à en lire quelques pages en cachette chez Brentano's. Je n'irai pas plus loin, inutile de me ronger le petit morceau de foie qui me reste... Il estime que je déteste terminer mes films car pour moi, c'est l'équivalent de la mort. Je crois quand même qu'il a compris que ne pas finir un travail, c'est ne pas le faire du tout - ce qui n'est pas un suicide, mais un meurtre. S'il s'en était tenu aux faits, il connaîtrait le véritable coupable. Je pense que c'est pour cette raison qu'il a refusé que je vérifie son texte dans le but d'éliminer les inexactitudes purement factuelles : cela l'aurait privé d'une source de théorisation plutôt riche. (...) Quant à moi, rétablir la vérité, c'est une nécessité, une question de survie. Et c'est de nouveau urgent car, une fois de plus, la légende qui a émergé de cette affaire m'a fait perdre l'occasion de tourner un film. (...) Cette merveilleuse source de financement s'est brusquement tarie. (...) Une simple citation en exergue à la critique de Newsweek et ils ont pris la poudre d'escampette." 

Orson Welles, lettre à Peter Bogdanovich

HIGHAM - ORSON WELLES

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL