"Je me souviens d'une conversation téléphonique avec Stanley Kubrick en 1972. Il se plaignait que ce soit si difficile de trouver un sujet. A l'époque, je ne comprenais pas : j'avais dix mille idées qui m'enthousiasmaient. Mais maintenant, je comprends. Plus vous réalisez de films, plus vous hésitez à vous lancer dans cette offensive très longue qu'est un tournage, il faut un sujet qui vous stimule vraiment."

Roman POLANSKI, Le Figaro, 23 août 1999

KUBRICK - SHINING : Je comprends