Orson Welles : J'aime les gens qui sont prêts à se conduire comme des imbéciles, qui sont volontaires... car je fais partie de la confrérie. Si spirituellement tu fais partie de la famille des chats, tu ne supportes pas qu'on se moque de toi

- Il y a un dialogue dans La Dame de Shanghaï : "Quand je commence à me conduire comme un imbécile, rien ne peut plus m'arrêter..." Penses-tu que cela puisse s'appliquer à ta vie ? Y a-t-il eu des moments où tu as eu l'impression de te conduire comme un imbécile ? 

- Orson Welles : "Il y a eu tant d'occasions que je ne sais par où commencer."

- Des regrets ?

- "Des milliers, mais tu sais, j'aime les gens qui sont prêts à se conduire comme des imbéciles, qui sont volontaires... car je fais partie de la confrérie. Pourtant il y a des tas de félins qui en sont incapables."

- Des félins ?

- "Si spirituellement tu fais partie de la famille des chats, tu ne supportes pas qu'on se moque de toi. Si tu tombes, tu dois faire semblant de l'avoir fait exprès, d'être là par terre, parce que tu avais envie de voir ce qu'il y avait sous le divan. Les autres s'en fichent." 

- Alors tu es canin ?

- "Je suis un comique, de toute façon, même si je ne remue pas la queue très souvent."

- Est-ce que passer volontairement pour un imbécile, ce n'est pas une forme de courage ?

- "C'est dans la nature de la bête. Comme les gens qui ont un magnétophone et qui posent des questions, tu ne peux pas t'en empêcher, c'est dans ta nature."  

(Moi Orson Welles
Orson Welles & Peter Bogdanovich, Belfond, extraits des pages 224-225)

Orson Welles : J'aime les gens qui sont prêts à se conduire comme des imbéciles, qui sont volontaires... car je fais partie de la confrérie. Si spirituellement tu fais partie de la famille des chats, tu ne supportes pas qu'on se moque de toi

 

 

 

DEMOS COMEDIENNES | Sophie MARECHAL