Bertrand Blier : "Je suis un homme d'écriture. Je me suis programmé depuis des années pour trouver des histoires et je continue à pouvoir monter des films en dépit de mes échecs commerciaux grâce à ma capacité d'inventer des histoires et des dialogues qui plaisent aux acteurs. Je peux inventer n'importe quoi à la demande, à partir d'une situation donnée. Je crois même que je serais plus efficace en travaillant pour quelqu'un d'autre, mais on ne me le demande pas. Idéalement, il faudrait se limiter à l'écriture du scénario et qu'il soit réalisé par quelqu'un d'autre ou dissocier en soi-même le scénariste du metteur en scène. On est à l'ère du cinéma d'auteur et on fait les deux, ce qui permet de faire des choses plus audacieuses, mais on se plante une fois sur deux. Si on faisait appel à un autre metteur en scène pour tourner ce qu'on invente, il y aurait sans doute un plus gros coefficient de réussite dans la communication avec le public. (...)

C'est toujours le dialogue qui me fait avancer dans l'écriture. Ce sont des mots qui déclenchent les faits, les actions. Il m'arrive souvent de bouleverser un scénario à partir d'une phrase que dit un personnage, à laquelle je ne m'attendais pas, mais qui est si importante qu'elle entraîne l'histoire. Je suis un homme de dialogue et je suis obligé maintenant de me contraindre et de m'empêcher d'en écrire : je m'y laisse aller trop facilement."

A la recherche de l'histoire, entretien avec Bertrand Blier (extrait), 
Le scénario des cinéastes
Cahiers du Cinéma 371/372 Cinéma Français, L'Enjeu Scénario, mai 1985, pages 88-89
Entretien réalisé par Marc Chevrie et Danièle Dubroux

Bertrand Blier : On est à l'ère du cinéma d'auteur et on fait les deux (scénario et mise en scène), mais on se plante une fois sur deux. Je serais plus efficace en travaillant pour quelqu'un d'autre, mais on ne me le demande pas