. . .
*
* *
François Truffaut : J'ai été déçu quand j'allais présenter mes films à New York, de voir les critiques condescendants à l'égard d'Hitchcock; ils ne semblaient pas comprendre les raisons de l'admiration dans laquelle on le tient en Europe
. . .
*
* *
François Truffaut : J'acceptais très bien l'idée de Renoir, qu'on doit sacrifier l'abstrait au concret, c'est-à-dire que l'acteur qui va jouer un personnage est plus important, plus réel que ce personnage sur papier. J'était prêt à aménager le scénario
. . .
*
* *
Gilles Deleuze, CINEMA I : On sait que les choses et les personnes sont toujours forcées de se cacher, quand elles commencent. Elles surgissent dans un ensemble qui ne les comportait pas encore
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
Martin Scorsese : Andrew Sarris a déclaré qu'il ne fallait jamais montrer un film d'Ophuls à un spectateur de moins de trente ans. Sinon c'est du gâchis !
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
Terrence Malick - Le Pentateuque : The Tree of Life, A la merveille / To the Wonder, Knight of Cups, Song to Song, Voyage of Time
. . .
*
* *
Louise Chevillotte : Nymphomanie ? Incarner un personnage d'une femme qui a du plaisir, qui accepte son désir, c'est une fierté. C'est tabou, c'est important de le mettre en lumière
. . .
*
* *
Combien de fois pour aimer ? Ce qui est nouveau est toujours par défaut moins bien apprécié au départ. Une chanson obtient les meilleures appréciations au bout d’environ huit semaines de rotation, une douzaine d’écoutes pour un auditeur moyen
. . .
*
* *
Walter Felsenstein : Quiconque n'est pas naïf n'a rien à faire dans un théâtre ! / Siegfried Melchinger : Brecht, dans ses dernières années, estimait que la naïveté était la forme suprême de l'esthétique
. . .
*
* *
Bertrand Bonello à Laurent Lucas : Toute la difficulté repose sur quel principe de réalité adopter ? Trop près, on devient malin. Trop loin, on devient théâtral et théorique. (Myopie, presbytie... toujours, la même question, le même problème...)
. . .
*
* *
Anna Karina : Chaque acteur devrait réaliser un court-métrage, et tous les réalisateurs devraient interpréter un rôle comme acteur, pour comprendre que c'est pas toujours aussi facile que ça
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
Marcello Mastroianni : Quel dommage que le cinéma possède le gros plan ! Parce que je viens du théâtre et qu'au théâtre, le corps est encore plus important, la voix aussi. Le regard beaucoup moins
. . .
*
* *
Proust aima Wagner pour la haute fréquence des leitmotive, réminiscences musicales qui construisent un paysage familier
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
. . .
*
* *
José Van Dam : Un metteur en scène m'a dit un jour : "Moins on bouge sur scène, plus on devient fort, plus le moindre geste prend de l'importance".
. . .
*
* *
Gérard Depardieu : Il n'y a pas de recette, pour faire un film. Je pense à Trois hommes et un couffin. Deux millions de gens qui viennent voir un gosse pisser, c'est quelque chose !
. . .
*
* *
Wim Wenders : Paris, Texas. Peu à peu l'endroit même a introduit l'idée de ce décalage. C'était magique, on avait besoin d'un endroit et cet endroit nous donne une justification pour notre histoire
. . .
*
* *
Jacques Doillon : Une des grandes réussites de Cassavetes, dans Une femme sous influence, c'était comment ça durait insupportablement entre sa femme, lui rentrant, les enfants. Quand on veut réduire la scène de ménage ça ne marche pas
. . .
*
* *
Olivier Assayas : A l'écart des tristes excès du cinéma subventionné post-post-auteuriste, le film publicitaire a profité le premier d'une conviction porteuse dans le renouveau de la recherche en matière visuelle
. . .
*
* *
Leonardo DiCaprio. D'abord, c'est un acteur, quelqu'un qui aperçoit de loin un aéroport, un hôpital, la maison accueillante d'un avocat établi, meurt d'envie d'y pénétrer, puis de s'y fondre et de ne plus le quitter, jusqu'au prochain changement de décor
. . .
*
* *
. . .
*
* *
Dans la scène de cérémonie masquée d'Eyes Wide Shut, l'étrangeté vient de ce que Jocelyn Pook mélange des cordes et différentes voix récitant des psalmodies échantillonnées à l'envers, magnifiant l'impression de secret obscur et de connivence sectaire
. . .
*
* *
Roman Polanski : Je ne veux pas que le spectateur pense ceci ou cela : je veux simplement qu’il ne soit sûr de rien. C’est cela le plus intéressant : l'incertitude
. . .
*
* *

Pages