Robert Bresson : Je ne récuse rien. Je prends plaisir à toutes sortes de films. Je me sens proche de tous ceux qui n'ont pas suivi ou ne suivent pas une mode

 

— Pourquoi le thème de la prison est-il presque constant dans vos films ?

Robert Bresson : — Je ne m'en étais pas aperçu. Peut-être parce que nous sommes tous des prisonniers.

— Pensez-vous, comme Mallarmé, que le fait d'incarner des personnages signifie obligatoirement les déprécier?

Robert Bresson : — J'en ai très peur. J'ai dit un jour que le cinématographe était l'art de ne rien montrer. C'est affaire de lumière et d'ombre. Il faut beaucoup d'ombre...

(...) Il ne s'agit pas, pour moi, de faire jouer des acteurs (professionnels ou non-professionnels) et de les photographier, mais de prendre, aux êtres et aux choses, des morceaux de réel, de les isoler, de les rendre indépendants, et de leur donner un autre ordre, une autre dépendance. L'importance du « montage » est évidente, puisque c'est seulement au moment où images et sons entrent en contact, prennent chacun leur place, que le film naît. C'est le film qui, en naissant, donne vie aux personnages, et non les personnages qui donnent vie au film.

— C'est donc pratiquement tout le cinéma que vous récusez ?

Robert Bresson : — Je ne récuse rien. Je prends plaisir à toutes sortes de films.

— De quels peintres vous sentez-vous le plus proche maintenant ?

Robert Bresson : — De tous ceux qui n'ont pas suivi ou ne suivent pas une mode. Je crois que j'aime tous les grands peintres. Je n'ai pas de préférence. J'aime la peinture peinture. La peinture abstraite est trop souvent décorative. Mais je ne connais rien de plus abstrait que Vermeer. Toute peinture (comme tout film) est forcément abstraite...

Extraits d'un entretien avec Robert Bresson, 
par Yves Kovacs, Cahiers du Cinéma n°140, février 1963

Propos enregistrés le 6 octobre 1962

 

Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977
Tina Irissari : Alberte  Henri de Maublanc : Michel  Le Diable probablement  Robert Bresson - 1977

 

Tina Irissari : Alberte

Henri de Maublanc : Michel

Le Diable probablement

Robert Bresson - 1977

 

actress.camera | international actresses
Erika Linder / Model & Actress / Photo (c) Amanda Demme

 

Erika Linder

Photo (c) Amanda Demme

 

"Proudly androgynous, Linder models in both men’s and women’s runway shows. So it is no surprise that her personal hero is Tilda Swinton. “I admire her style so much—I think she is amazing. She can do it all; she can play a man, a woman, a horse!” she says. And so, we suspect, can Linder.

Asked if her new career (actress) is scary, she says of course it is: “But if it isn’t scary, I don’t want to do it." - VOGUE, APRIL 4, 2018. Hooked on Louis Vuitton’s Capucines With Erika Linder

 

Erika Linder / Actress

 

"Model Erika Linder announces herself as a promising screen presence"
VARIETY

"Erika Linder. One of the most impressive silver screen outings for a model to date"
EYE FOR FILM

 

Sara Serraiocco | Baldwin / Counterpart

 

Sara Serraiocco

Showreel | Counterpart

"The actress Sara Serraiocco is the person stealing the show on Counterpart so far. Serraiocco had a not-so unique path to acting: she started out as a dancer. Now one of the hottest talents in Europe" (Decider)

 

Sara Serraiocco
actress.camera | international actresses