Jeanne Moreau : "Quoi qu'on en dise et quoi qu'on fasse, la personnalité d'un être humain est la chose la plus mystérieuse au monde. Même chose avec ces actes de violence inexpliqués. C'est l'histoire de ce garçon déprimé, qui achète un fusil et qui, parce qu'il doit présenter sa carte d'identité, le sort de son emballage et tire sur quelqu'un qu'il ne connaît pas... Alors on dit qu'il était dépressif. On classe, on règle. Il y a des désordres intérieurs qu'on ne peut pas simplifier sans passer à côté. Je choisis des cas extrêmes, mais c'est vrai. (...) On veut toujours tout expliquer et l'incompréhension grandit entre les individus. Il y a une dichotomie absolue."

Jeanne Moreau, l'éternité pliée,
entretien avec Charles Tesson,
Cahiers du Cinéma n°570, juillet-août 2002, extrait, page 50

 

Jeanne Moreau