JEANNE MOREAU

 

Jeanne Moreau : "J'ai lu une interview de Fanny Ardant où elle dit qu'elle ne tient pas à revoir les gens avec qui elle a travaillé. Je comprends très bien. Il y a des gens qui disent : "Alors, vous restez amis ?" Vous vous rendez compte, j'ai tourné 120 films, mettons que j'en garde un par film : 120 amis, qu'est ce que vous en faites ! Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est vrai qu'il y a une brutalité dans les relations, il y a une immédiateté. C'est brutal parce que c'est télescopé. Cette phrase de Cocteau est magnifique : "Le temps est un éventail", c'est de l'éternité pliée. C'est comme ça. Tout se passe à toute pompe, vous tournez huit semaines, dix semaines, au début vous ne vous rappelez pas des prénoms des uns et des autres, après on se tutoie, puis on s'embrasse, oui on s'embrasse dans ce métier et on en a besoin. On a besoin de cette espèce de familiarité, cette éternité pliée. Un jour, c'est un an. Huit semaines, c'est cinquante-six ans. Allez hop ! Et puis après, fini !"

Jeanne Moreau, l'éternité pliée,
entretien avec Charles Tesson,
Cahiers du Cinéma n°570, juillet-août 2002, extrait, page 58.

~~

"François Truffaut était très timide et ne voulait pas rencontrer des gens. Un jour je lui ai un peu forcé la main pour qu'il rencontre Meryl Streep qui avait envie de faire sa connaissance mais je m'en suis un peu repenti car il ne savait pas que dire, il y avait une gêne terrible. Il tenait beaucoup à ses amis et sa théorie était que l'être humain a une capacité limitée d'avoir des amis et que si vous en ajoutez un nouveau, il en chasse un autre. Comme il ne voulait pas les chasser, il ne rencontrait personne." 

(Nestor Almendros, chef opérateur de François Truffaut, 
Des solutions très claires,  
Cahiers du cinéma, numéro spécial François Truffaut,
décembre 1984, page 72)