Marcello Mastroianni : "Mais j'avoue que j'ai toujours pensé : Quel dommage que le cinéma possède le gros plan ! Parce que je viens du théâtre et qu'au théâtre, le corps est encore plus important, la voix aussi. Le regard beaucoup moins. Le cinéma travaille beaucoup en coupant les acteurs à la taille et, souvent, un geste ou une attitude qui pourraient être intéressants pour le personnage sont perdus. On voit beaucoup moins le corps de l'acteur dans son ensemble, ce qui gâche certaines possibilités. On n'en gagne de nouvelles qu'à travers les yeux, qui deviennent plus importants, mais le corps travaille moins."

1984, Le danseur et son double, Entretien avec Marcello Mastroianni, Cahiers du Cinéma n°380, février 1986, page 21

 

-> A propos du Gros Plan et du visage humain (Mise en scène Cinéma / Théâtre). Paroles d'Antonioni, Bergman, Bresson, Chéreau, Godard, Larrain, Renoir, Syberberg, Tati, Truffaut, Vitez, Welles | + Proust

 

Ginger et Fred (Ginger e Fred) / Fellini 1986 / Marcello Mastroianni : Quel dommage que le cinéma possède le gros plan ! Parce que je viens du théâtre et qu'au théâtre, le corps est encore plus important, la voix aussi. Le regard beaucoup moins