Dans la scène de cérémonie masquée d'Eyes Wide Shut, l'étrangeté vient de ce que Jocelyn Pook mélange des cordes et différentes voix récitant des psalmodies échantillonnées à l'envers, magnifiant l'impression de secret obscur et de connivence sectaire

 

"La musique de Jocelyn Pook doit surtout son incroyable chatoiement à ce précipité d'influences qui vont des formes classiques du Moyen Age et de la Renaissance aux musiques traditionnelles d'Afrique, d'Europe de l'Est ou d'Asie. Dans la terrifiante scène de cérémonie masquée d'Eyes Wide Shut où des femmes sont dénudées avant de sortir du cercle avec un partenaire, l'étrangeté vient, par exemple, de ce que Jocelyn Pook mélange des cordes et différentes voix récitant des psalmodies échantillonnées à l'envers, magnifiant l'impression de secret obscur et de connivence sectaire qui émane de la scène."

Jocelyn Pook : "Quand j'ai commencé à travailler sur le film, je devais faire le bal masqué et la scène d'orgie, alors qu'il n'avait encore rien tourné. C'était assez stimulant de tenter de trouver quelque chose sans rien connaître, mais c'est impossible sans savoir quelle importance revêt tel ou tel élément. Finalement il m'a raconté chacune des deux scènes - mais rien d'autre du film - et m'a montré des photos, quelques idées de design, les masques. Il a ensuite tourné ces scènes, leurs morceaux une fois composés."

Extraits de "Pour Kubrick, les yeux fermés", Musiciens du cinéma 1/3, Rencontre avec Jocelyn Pook, par Jean-Sébastien Chauvin,
Cahiers du Cinéma n°562, novembre 2001, pages 34-35

~~

-> Egalement, à propos d'Eyes Wide Shut, sur actress.cameraLet me see your face | Eyes Wide Shut - Stanley Kubrick / Paul Valéry : l'acte de se découvrir le visage et de l'offrir à quelqu'un

 

EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK
EYES WIDE SHUT / STANLEY KUBRICK