Peter Greenaway : J'allais voir des films commerciaux comme tout le monde. Un jour un ami m'emmena voir Le Septième Sceau de Bergman. C'est alors que je me suis rendu compte des possibilités du cinéma

 

Peter Greenaway : "Mais, vous savez, étant jeune, je ne m'intéressais pas vraiment au cinéma, j'allais voir des films commerciaux comme tout le monde et c'est tout. Un jour où il pleuvait et où je devais assister à un match de cricket, un ami m'emmena voir Le Septième Sceau de Bergman. J'avais seize ans. Je fus bouleversé et j'y retournai six ou sept fois. C'est alors que je me suis rendu compte des possibilités du cinéma. Puis j'ai trouvé un petit travail au British Film Institute et j'y ai vu quantité de films. Ensuite j'ai découvert la Nouvelle Vague, fait un voyage à Paris, puis ce fut Antonioni. Peu à peu j'ai délaissé le cinéma comme spectateur et depuis 1970 j'y vais à peine ; la littérature et la peinture m'intéressent beaucoup plus."

Peter Greenaway, à Michel Ciment, septembre 1982,
Autour de Meurtre dans un jardin anglais.
Entretien à lire intégralement dans Michel Ciment, Petite planète cinématographique, Stock, page 328 pour l'extrait cité.

Photos : Le Septième Sceau (Ingmar Bergman, 1957), Le Ventre de l'Architecte (Peter Greenaway, 1987)

 

PETER GREENAWAY - LE VENTRE DE L'ARCHITECTE / The Belly of an Architect