The Crack

 

Georges Banu :

"Une actrice de l'Odin Teatret raconte que lorsque Grotowski la rencontre pour débuter le travail il lui demande de balayer d'abord la salle. Comme les maîtres japonais. Il y a plusieurs interprétations pour cette pratique d'initiation... une des plus pertinentes tient peut-être à l'idée de Brook : "il faut franchir les étapes, traverser des épreuves. Il est absurde de vouloir accéder d'emblée au plus haut niveau." Barba, lui aussi, avait demandé à une jeune stagiaire venue à Holstebro, chez lui, d'arroser d'abord les plantes et celle-ci, pour bien accomplir sa tâche, mettait toujours trop d'eau. "Raphaëlle, sache économiser l'énergie, en abuser c'est une erreur !" Le passage par "l'humilité" sert de test premier. Un américain fut soumis au Japon à la même épreuve : "Pourquoi ?" demanda-t-il longtemps après au maître qui lui répondit : "En arrivant ici tu attendais trop de moi. Il fallait que tu t'accommodes à moi, que je perde de mon importance pour que je puisse te parler sans te décevoir"."

Extrait de Georges Banu : Grotowski - "Qu'est-ce qu'on fait ?",
Alternatives théâtrales 101, Théâtre national de Nice : Extérieur cinéma, page 80

 

The Crack
The Crack
The Crack

 

Photos : The Crack
A performance based on the drama „Zanikam” [“I am disappearing”] by Arne Lygre, translated by Elżbieta Frątczak-Nowotny. The performance makes use of fragments of poetic texts by Rumi and actors personal texts.
Direction: Tomasz Rodowicz / Choreography: Adrian Bartczak
Cast: Janusz Adam Biedrzycki, Joanna Chmielecka, Majka Justyna, Sara Kozłowska, Dominika Krzyżanowska Gorzkiewicz, Małgorzata Lipczyńska, Elina Toneva
Photos: HaWa and Copyright: www.harmonyart.eu, fot. Tomasz Jimmy Kowalski
Premiere: 31.03.2016, 1.04.2016, Art_Inkubator in Fabryka Sztuki in Lodz, in terms of Dotknij Teatru Festival

 

 

Michael Fassbender - Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

Natalie Portman, Michael Fassbender, Rooney Mara, Ryan Gosling

Song to Song

Terrence Malick 2017

 

* * * * * * *

 

"SONG TO SONG. ...an associative freedom that makes almost all other movies look, by comparison, like the stodgiest vestiges of filmed theatre. (...) Within the shifting romantic triangle of “Song to Song,” Terrence Malick develops an overwhelming, rapturous variety of visual experience". "Malick makes art—his art—the subject of the film.... This seventy-three-year-old filmmaker looks to the heart of his own inspiration, his own impulses, and creates a cinema that, with the creative command of his own life experience, feels more exuberantly youthful than that of most Sundance phenoms."

Richard Brody / The New Yorker

 

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman / MALICK

 

"Aucun film de Malick ne donnait à ce point un vertige troublant du réel saisi dans une perspective physique inédite. Corps abîmés, rockers ivres, errants ou violents, tatouages obsédants ou inquiétants, maisons délabrées, tout ce qui existe doit être source de contemplation.

La forme humaine est éloquente, à méditer, occasion de fulgurantes sensations de beauté. "L'Amour se trouve dans la forme humaine, divine", médite ainsi l'héroïne Faye (Rooney Mara), citant des vers de William Blake." (...)

"Voyageuse, éprise, inlassable, la caméra célèbre et révère les courbes des hanches, du bassin, le bas-ventre féminin, comme le Cantique des Cantiques (Song of Songs)". (...)

"La figure du jump cut et de l'association (segments discontinus d'une même scène ou émotion, lien flottant entre les plans) s'accomplit dans cette exploration de l'intermittence au sens proustien - l'examen microscopique des envies, des pulsions, des moments, des éclats et des éclipses des sentiments dont le regard plus vaste ne voit que les trajectoires". (...)

Pierre Berthomieu  :  Song to Song  J'ignorais que j'avais une âme  / POSITIF Revue de cinéma, juin 2017

 

films7 | films actors directors