DAVID LYNCH - TWIN PEAKS

 

Michel Ciment : "Y a-t-il des films où vous ayez senti une recherche proche de la vôtre, un désir de décrire les états mentaux ?"

Jane Campion : "C'est une chose courante en littérature  et je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas au cinéma. Il suffit de le vouloir, de désirer l'accomplir comme David Lynch. On ne découvre pas la vérité en développant seulement une intrigue mais en explorant plusieurs niveaux. Je ne désire pas seulement regarder les comportements mais découvrir les pensées et les émotions comme dans certains romans de Duras ou de Flannery O'Connor. (...)

Je pense que les gens sont très symboliques dans leur compréhension du monde. Les choses sont rarement ce qu'elles paraissent, elles sont la métaphore de ce qui est ou pourrait être. Et cela vaut aussi bien pour nos tourments intérieurs. Un jour une amie est venue habiter chez moi car elle était très troublée. Elle ne savait pas comment choisir entre deux hommes. Je me souviens que le monde entier devenait une métaphore de son problème personnel. Quand on faisait les courses ensemble et qu'elle remarquait des chaussures extravagantes cela signifiait pour elle qu'elle voulait vivre avec le garçon le plus aventureux ou au contraire que son propre esprit aventureux avait besoin de celui des deux qui était le plus stable. Quand on conduisait et qu'elle voyait une plaque minéralogique commençant par J cela voulait dire qu'elle devait vivre avec John. Nous faisons tous cela plus ou moins."

Extrait de Michel Ciment, Petite planète cinématographique, Stock, pages 487-488

 

DAVID LYNCH - TWIN PEAKS
DAVID LYNCH - TWIN PEAKS

 

DAVID LYNCH : TWIN PEAKS

 

 

Michael Fassbender - Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

Natalie Portman, Michael Fassbender, Rooney Mara, Ryan Gosling

Song to Song

Terrence Malick 2017

 

* * * * * * *

 

"SONG TO SONG. ...an associative freedom that makes almost all other movies look, by comparison, like the stodgiest vestiges of filmed theatre. (...) Within the shifting romantic triangle of “Song to Song,” Terrence Malick develops an overwhelming, rapturous variety of visual experience". "Malick makes art—his art—the subject of the film.... This seventy-three-year-old filmmaker looks to the heart of his own inspiration, his own impulses, and creates a cinema that, with the creative command of his own life experience, feels more exuberantly youthful than that of most Sundance phenoms."

Richard Brody / The New Yorker

 

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman / MALICK

 

"Aucun film de Malick ne donnait à ce point un vertige troublant du réel saisi dans une perspective physique inédite. Corps abîmés, rockers ivres, errants ou violents, tatouages obsédants ou inquiétants, maisons délabrées, tout ce qui existe doit être source de contemplation.

La forme humaine est éloquente, à méditer, occasion de fulgurantes sensations de beauté. "L'Amour se trouve dans la forme humaine, divine", médite ainsi l'héroïne Faye (Rooney Mara), citant des vers de William Blake." (...)

"Voyageuse, éprise, inlassable, la caméra célèbre et révère les courbes des hanches, du bassin, le bas-ventre féminin, comme le Cantique des Cantiques (Song of Songs)". (...)

"La figure du jump cut et de l'association (segments discontinus d'une même scène ou émotion, lien flottant entre les plans) s'accomplit dans cette exploration de l'intermittence au sens proustien - l'examen microscopique des envies, des pulsions, des moments, des éclats et des éclipses des sentiments dont le regard plus vaste ne voit que les trajectoires". (...)

Pierre Berthomieu  :  Song to Song  J'ignorais que j'avais une âme  / POSITIF Revue de cinéma, juin 2017

 

films7 | films actors directors