Pauline Clément comédienne Comédie-Française | Pensionnaire Entrée à la Comédie-Française le 8 Décembre 2015
Adeline d'Hermy,  Sociétaire le 1er Janvier 2016, Entrée à la Comédie-Française le 9 Décembre 2010 | La Forêt - Arnaud Desplechin 2014

Denis Podalydès :

"Au cinéma, dire de certains comédiens qu'ils avaient un "style Comédie-Française", a pu ruiner tout espoir d'avoir une carrière cinématographique aussi importante que leur parcours au Français. Il y a des acteurs qui sont complètement barrés par ça. Autrefois, dans les années trente, le jeu des acteurs du Français collait parfaitement avec ce que recherchait le cinéma et il y avait une telle coïncidence que les vedettes du Français étaient les vedettes du cinéma. Mais à partir de la Nouvelle Vague, le sort réservé aux acteurs du Français a été extrêmement cruel. Depuis que la caméra descend dans la rue, que l'on recherche non plus une diction mais un parlé empruntant à la vie, les acteurs du Français qui avaient une voix et des inflexions travaillées n'ont plus été sollicités."

"Une diction typique "Comédie-Française" : c'est-à-dire une voix grave, très posée, très riche, avec une diction française très pure qui plaît en plus à un public d'abonnés. Parce qu'il y a des gens qui viennent au Français pour écouter cette fameuse diction, et qui, s'ils ne l'entendent pas, sont très déçus et le reprochent aux comédiens. Alors qu'il y a des metteurs en scène et des administrateurs qui font leur possible pour essayer de casser cette tradition-là qui a pu avoir du bon dans la mesure où elle a produit de grands artistes mais qui maintenant n'a plus de sens."

Entretien réalisé en septembre 1998,
Karim Ghiyati, Du théâtre au cinéma : un style Comédie-Française ?
in Brûler les planches, Crever l'écran, La présence de l'acteur, L'Entretemps Editions, page 171

Photos : deux comédiennes de la nouvelle génération de la Comédie-Française :

Pauline Clément,

Pensionnaire, Entrée à la Comédie-Française le 8 Décembre 2015

Adeline d'Hermy,

Sociétaire le 1er Janvier 2016, Entrée à la Comédie-Française le 9 Décembre 2010. Au cinéma le 15 novembre 2017 dans MARYLINE de Guillaume Gallienne. Rôle titre.

 

 

Vidéo : Adeline d'Hermy | Sociétaire de la Comédie-Française

Agence UBBA | Extrait - La Forêt - Arnaud Desplechin 2014

Au cinéma le 15 novembre 2017 : MARYLINE de Guillaume GALLIENNE (Rôle titre)

 

 

Vidéo : Adeline d'Hermy, Pierre Niney... chantent et dansent Labiche à la Comédie-Française
"Allez, montez en carrosse..." (Un chapeau de paille d'Italie, décembre 2012)

 

 

Michael Fassbender - Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

Natalie Portman, Michael Fassbender, Rooney Mara, Ryan Gosling

Song to Song

Terrence Malick 2017

 

* * * * * * *

 

"SONG TO SONG. ...an associative freedom that makes almost all other movies look, by comparison, like the stodgiest vestiges of filmed theatre. (...) Within the shifting romantic triangle of “Song to Song,” Terrence Malick develops an overwhelming, rapturous variety of visual experience". "Malick makes art—his art—the subject of the film.... This seventy-three-year-old filmmaker looks to the heart of his own inspiration, his own impulses, and creates a cinema that, with the creative command of his own life experience, feels more exuberantly youthful than that of most Sundance phenoms."

Richard Brody / The New Yorker

 

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman / MALICK

 

"Aucun film de Malick ne donnait à ce point un vertige troublant du réel saisi dans une perspective physique inédite. Corps abîmés, rockers ivres, errants ou violents, tatouages obsédants ou inquiétants, maisons délabrées, tout ce qui existe doit être source de contemplation.

La forme humaine est éloquente, à méditer, occasion de fulgurantes sensations de beauté. "L'Amour se trouve dans la forme humaine, divine", médite ainsi l'héroïne Faye (Rooney Mara), citant des vers de William Blake." (...)

"Voyageuse, éprise, inlassable, la caméra célèbre et révère les courbes des hanches, du bassin, le bas-ventre féminin, comme le Cantique des Cantiques (Song of Songs)". (...)

"La figure du jump cut et de l'association (segments discontinus d'une même scène ou émotion, lien flottant entre les plans) s'accomplit dans cette exploration de l'intermittence au sens proustien - l'examen microscopique des envies, des pulsions, des moments, des éclats et des éclipses des sentiments dont le regard plus vaste ne voit que les trajectoires". (...)

Pierre Berthomieu  :  Song to Song  J'ignorais que j'avais une âme  / POSITIF Revue de cinéma, juin 2017

 

films7 | films actors directors