Les Garçons sauvages

AU CINEMA LE 28 FEVRIER 2018

"Si Bertrand Mandico largue les amarres avec la quasi totalité du cinéma français, c'est en concevant son film comme une aventure esthétique. (...) Les Garçons Sauvages est nacré comme une perle, blanc comme le sperme et noir comme le sang, étincelant comme un diamant, et traversé d'éclats technicolors sidérants. (...) Le territoire des hybridations folles où "rien n'est vrai, tout est permis", soit l'inverse exact du mauvais cinéma français où tout doit sembler réel mais où tous les possibles sont condamnés". (Stéphane du Mesnildot, Cahiers du Cinéma n°741, février 2018, Les Garçons sauvages : Les joyaux maléfiques)

* * *

Synopsis. Début du vingtième siècle, cinq adolescents de bonne famille épris de liberté commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par le Capitaine, le temps d’une croisière répressive sur un voilier. Les garçons se mutinent. Ils échouent sur une île sauvage où se mêlent plaisir et végétation luxuriante. La métamorphose peut commencer…

* * *

Dans les rôles des garçons, les actrices : Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard

Bertrand Mandico : "J’ai pensé à des actrices dès le début. C’était le désir de leur offrir des rôles iconoclastes et chercher en elles les garçons sauvages... C’est intéressant de donner des possibilités de jeu à des actrices qui se sentent peut-être à l’étroit dans ce qu’on peut leur proposer. Cela a été long pour trouver les cinq jeunes actrices et la dynamique de bande : je ne voulais pas tomber dans la caricature du film choral, où la caractérisation physique de chacun est très marquée pour qu’on reconnaisse le personnage. Je voulais une bande unie, presque comme un groupe de rock. Vimala Pons serait au chant, Anäel Snoek au clavier, Pauline Lorillard à la batterie, Mathilde Warnier à la basse et Diane Rouxel à la guitare. Le Capitaine (Sam Louwyck) serait le manager qui se ferait voler son groupe par le Dr Séverin (Elina Löwensohn), qui aurait des ambitions plus hautes pour les garçons.

C’est la mécanique organique vivante qui me motive, la communion de fluides, les fusions, les métamorphoses : les passages de frontières, les zones non marquées... Je travaille cela de façon obsessionnelle, inconsciente. Les garçons sauvages n’est pas un film à thèse, c’est plus de l’ordre de la pulsion : un luisant objet du désir. Mes idées me disent où je me trouve, mais elles ne m’indiquent pas où je vais".

* * *

- La possibilité de muter, d'identité, de genre.

Bertrand Mandico : "C'est une idée qui me plaît beaucoup. Gommer les frontières. Pouvoir passer d'un côté à l'autre. J'idéalise une société moderne où les garçons peuvent devenir des filles, et puis redevenir des garçons, rester dans un entre-deux, bouger comme ça, quelque chose de mouvant, pas figé, pas binaire."

"Je filme avec une prise de son très sommaire, qui est un son témoin, que je vais jeter. J'aime beaucoup la post-synchro. Donc après, on fait un premier montage du film (sans le son), on sous-titre les propos des acteurs et des actrices pour savoir où on va. Ce montage doit forcément fonctionner sans son. C'est une épreuve du feu. Si le montage fonctionne sans son, il va forcément fonctionner avec du son : on s'emmerde pas trop.Quand on pense qu'on tient cet équilibre-là, on se met à travailler la bande-son, je convoque à nouveau les actrices pour les post-synchroniser. C'est une partie que j'aime beaucoup. On peut moduler, chercher encore des nuances, même contradictoires par rapport au jeu. Puis la musique arrive par strates." (Extrait du podcast avec Betrand Mandico, Radio Néo)

* * *

Marie Richeux, France Culture, à Bertrand Mandico : "Creuser des visions. J'avais l'impression, en voyant Les Garçons Sauvages, que vous aviez confiance dans ce que c'est qu'une image".

* * *

L'avis du Monde: A NE PAS MANQUER 

"Les épithètes pleuvent dès qu’il s’agit de qualifier le cinéma foisonnant de Bertrand Mandico : symboliste, ésotérique, érotomane, décadentiste, hétéroclite… Toutes lui conviennent, mais aucune ne décrit parfaitement cet art qui remonte au fondement du pacte cinématographique, où les coutures entre images et sons ouvrent autant de brèches vers l’imaginaire. Suggestifs, les films de Mandico le sont donc littéralement. Et c’est encore le cas des Garçons sauvages, son premier long-métrage après vingt ans d’aventures dans le domaine du court, conçu comme un grand jaillissement de formes et de textures, d’artifices et d’effets mis à nu, le tout s’agglomérant en une somptueuse pâte à modeler les fantasmes. Un formalisme débridé qui convoque les puissances du récit, pour dérouler bien plus qu’une simple histoire : un songe, une fantasmagorie, une bouffée délirante ou une chimère."

"Le coup de génie de Mandico est sans doute d’avoir confié les rôles des garçons violents à de jeunes actrices – Vimala Pons, Pauline Lorillard, Diane Rouxel, Anaël Snoek et Mathilde Warnier –, investissant l’androgynie de l’adolescence dans un numéro transformiste de haute volée. A elles cinq, elles dressent un formidable poste d’observation de la mascu­linité en devenir, aux prises avec ses rituels grégaires : rodomontades, goguenardise, vantardise, donjuanisme, priapisme, despotisme… Une masculinité perçue depuis le corps féminin, comme de l’extérieur. Leur transfor­mation consiste ainsi à décloisonner l’empire du phallus, pour ­élargir sa fonction érogène au corps tout entier, devenant dans sa métamorphose le réceptacle ­intégral du plaisir" 

"La forme baroque du film n’est, en elle-même, qu’une grande montée de sève : poudroiements, surimpressions, passages instantanés à la couleur, rétroprojections, bricolages visuels… Autant de procédés primitifs, réalisés à même le plateau, qui font revivre la candeur et la poésie illusionniste du cinéma muet. Leur prolifération pousse la pellicule dans ses retranchements, à travers une série d’états extatiques qui s’apparentent à la jouissance. Car, dans le cinéma de Bertrand Mandico, l’image est une zone érogène comme les autres, qui se prolonge et s’épanouit dans l’œil transi du spectateur." (Lire la suite : Le Monde)

 

Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
UN VOYAGE HALLUCINE / Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
UN MIRACLE GRANDIOSE / Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico
Les Garçons sauvages / The Wild Boys  Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard  Bertrand Mandico

 

Vimala Pons, Mathilde Warnier, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Pauline Lorillard

Les Garçons sauvages

Bertrand Mandico

AU CINEMA LE 28 FEVRIER