Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)

Actuellement au cinéma

Paris, fin des années 30. Kate et Laura Barlow, deux jeunes mediums américaines, finissent leur tournée mondiale. Fasciné par leur don, un célèbre producteur de cinéma, André Korben, les engage pour tourner dans un film follement ambitieux. Prise dans le tourbillon du cinéma, des expérimentations et des sentiments, cette nouvelle famille ne voit pas ce que l’Europe s’apprête à vivre.

Rebecca Zlotowski : "Quand Natalie Portman arrive sur le film, elle crée un effet de traction dans le casting, sur un certain engagement dans le film. Il y a une expressivité dans son jeu - elle monte sur toutes les émotions – qui est très différente du jeu français. Il y a une idée que les émotions sont là pour être jouées plus que pour être intériorisées. En France il y a parfois une certaine défiance envers cette orthodoxie de l’industrie américaine (manipuler son corps d’une autre manière que les acteurs français avec tout le côté complet du music-hall) comme si ça luttait contre une certaine intériorisation auteuriste française, l’acteur devenant quasiment un co-auteur du film... Pour moi il n’y a pas de contradiction, d’opposition, mais une toute autre approche, assez excitante et complémentaire. La personnalité de Natalie, c’est déjà une proposition de force, de décision sur son propre destin, qui servait le personnage de Laura. Je ne reconnais pas souvent dans les personnages féminins au cinéma les qualités que j’aime : volonté, absence de coquetterie, une certaine puissance d’agir, d’ambition qui ne passe pas par la séduction, mais par la pensée, l’intelligence et la capacité d’adaptation. Le film travaillait aussi la nécessité pour l’héroine d’abdiquer une forme de dureté, d’anesthésie des sentiments et des émotions – que je travaille souvent dans mes films je crois – pour un abandon total, par et pour le cinéma." 

"Natalie m’a envoyé une photo de Lily Rose Depp, me l’a d’une certaine manière désignée, sans doute elle aussi saisie par leur ressemblance. Tout me plaisait dans cette image, un corps d’une finesse inouïe surmonté par un visage étrange, gracile et volontaire, parfaitement insensible à la minauderie, mais aussi qu’elle soit désignée par Natalie, qui la plaçait immédiatement sous sa protection. J’ai adoré que la fabrication de cette fratrie de fiction fonctionne comme ça. Lily Rose Depp, ensuite, tout en étant une très jeune femme qui n’avait encore quasiment rien fait pour, provoquait déjà une forme d’excitation, une grande curiosité et du désir. Ca n’était pas une inconnue. Elle était déjà désignée par le désir des autres, triangulée, comme Natalie au même âge d’ailleurs, monde de célébrité enfantine... Le rôle que je voulais lui faire jouer étant celui d’une jeune spirite qui fait le tour du monde, d’une enfant qui possède déjà un don en un sens, tout était cohérent, tout était au service du film. Cela me donnait la possibilité d’équilibrer le film car je trouvais le personnage de Korben très puissant narrativement, avec la peur que cela puisse rendre le film bancal. Envisager deux actrices aussi séduisantes et puissantes dans l’industrie c’était rééquilibrer les forces en présence".

. . .

"Planetarium est si sophistiqué qu'il contient même l'esquisse de sa propre critique. Du moins, une métaphore du risque encouru par Rebecca ­Zlotowski en agrégeant autant d'idées et d'intentions. C'est une scène où ­Korben projette à son équipe le film d'une séance de communication avec l'au-delà. Lui, fier et ému, est persuadé qu'un esprit de passage a bien imprimé la pellicule : il ne voit que ça. Les autres, non. Rien. On ne saurait mieux dire l'analogie entre cinéma et foi. C'est-à-dire l'abandon et le désir de croire que réclament les films pour qu'ils puissent nous atteindre. Celui-ci demande peut-être plus qu'un autre, mais il a beaucoup à offrir en ­retour". — Louis Guichard - Télérama

. . .

Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)
Natalie Portman, Lily-Rose Depp | PLANETARIUM (Rebecca Zlotowski)

PLANETARIUM

Laura Barlow: NATALIE PORTMAN

Kate Barlow: Lily-Rose Depp
André Korben: Emmanuel Salinger
Eva Said: Amira Casar
Servier : Pierre Salvadori
Fernand Prouvé : Louis Garrel
Juncker : David Bennent
Louis : Damien Chapelle
Professeur Ulé : Jerzy Rogulski

Réalisation : Rebecca Zlotowski
Scénario : Robin Campillo et Rebecca Zlotowski
Production déléguée : Les films VELVET – Frédéric Jouve
Co-production : Les films du fleuve – Jean-Pierre et Luc Dardenne –Be)
France 3 cinéma
RTBF (Télévision Belge)
Proximus
Kinology