VIDEO BLOW UP ARTE : L'Argent au cinéma

"L'argent s'installe et circule dans les images du film comme dans notre vie. Moyen de communication dont les hommes civilisés ne peuvent se passer, il renforce entre eux l'incommunicabilité. Il ouvre la voie, mais il barre le chemin. Il ferme visages et coeurs. Il fait de qui le touche un obsédé, un malade, un fou. (...) L'argent l'a perdu ; il va perdre les autres, pour l'argent. (...) La phrase finale d'Yvon rappelle l'aveu de Raskolnikov: "C'est moi qui ai tué, à  coups de hache, pour les voler, la vieille femme de fonctionnaire et sa soeur Lisaveta." (...)" Jean Sémolué, Bresson ou L'acte pur des métamorphoses, Flammarion